EDITION: Février - Avril '07

BIOCONSTRUCTION 2









--------------------------- 2º Part -------------------------
Emplacement d’une maison saine
-----------------------------------------------------------------







En bioconstruction, un des aspects fondamentaux est de savoir où construire. C’est important de tenir compte de l’orientation, ainsi que d’une série de facteurs qui, sans le savoir, peuvent se répercuter directement sur la santé des habitants de la maison.. Ces facteurs, souvent ignorés, sont les altérations géologiques: veines de la terre ou eaux phréatiques, failles géologiques, champs de radiations artificielles comme les lignes de haute tension et les différentes antennes de téléphonie mobile (qui émettent des micro- ondes et autres types de signaux). Il y a d’autres facteurs à risques comme le bruit, la pollution de l’air, de l’eau ou du sol, les toxines artificielles de l’environnement... Pour tout cela il est recommandé de faire une étude géologique avant de commencer une construction.




Il y a beaucoup d’aspects qui sont déjà étudiés et pris en considération dans l’architecture conventionnelle, comme la position du soleil, donc nous nous intéresserons à des aspects plus ignorés mais que la bioconstruction tient en compte.

Les veines souterraines ou eaux phréatiques:







Les eaux souterraines créent des courants énergétiques qui coulent de façon verticale et se détectent au niveau du sol, constituant des variations de la radiation électromagnétique, qui créent, entre autres choses, la ionisation de l’air. Maintenant il est possible de les mesurer avec des instruments de technologie avancée. Le sourcier aussi, aujourd’hui comme dans l’antiquité, est capable de les capter en utilisant deux baguettes en bois et son propre corps comme catalysateur. La science qui étudie et qui réunit ces connaissances ancestrales à la technologie actuelle s’appelle “géobiologie“.





Si les eaux phréatiques ne sont pas localisées et tenues en compte au moment de situer la maison, elles peuvent être la cause directe de l’humidité ascendante de la structure de la maison, créant des conditions défavorables pour sa maintenance et pour la santé des personnes qui l’habitent, provocant des douleurs comme des rhumatismes, etc.

La Red Hartmann:





Notre planète possède un noyau qui agit comme un gigantesque aimant, dont les pôles coïncident à peu près avec les pôles géographiques, bien qu’ils varient de position et polarité au cours des millénaires (il y a 500.000 ans l’aiguille de la boussole indiquait le Pôle Sud). Nous pouvons comparer les lignes Hartmann à des murs d’énergie de 21 cm d’épaisseur projetés du sous-sol. Ces lignes parcourent la Terre du Nord au Sud de façon parallèle et avec un intervalle de 2 m, et d’Est en Ouest avec un intervalle de 2,5 m, formant un quadrillage, de densité et intensité variables suivant l’heure ou le climat.




Quand une personne traverse ou s’expose à une ligne Hartmann, son champ de résistance électrique se modifie, mais de façon si minime qu’il ne cause aucun problème. L’être humain est totalement adapté à ses lignes et les tolère bien, sauf dans les cas de certains désiquilibrés énergétiques, parce que notre cerveau fonctionne par des impulsions électriques.








L’intensité des radiations au croisement des lignes Hartmann, ou croisement H, se multiplie par deux. On estime que les expositions prolongées à ces croisements sont responsables de certains troubles et perturbations qui peuvent diminuer la qualité de la vie. Il est donc recommandé de tenir compte de ces lignes électromagnétiques pour l’orientation du lit, par exemple, ou nous passons un tiers de notre vie pour nous reposer.

Il est aussi intéressant de tenir compte de ces énergies invisibles au moment de construire une maison, considérant si elles peuvent nous causer certains maux inexplicables. Parfois, il suffirait de changer le lit de place pour mieux dormir et nous sentir plus reposés en se levant le matin!