EDITION: Août - Septembre '06

CAPOEIRA











Art martial?

Sport?

Danse? Lutte?

Culture?

Acrobatie?












La Capoeira est un des arts martiaux les plus pratiqués ces dernières années. Son utilité comme défense personnelle liée à son incontestable charme visuel fait que de plus en plus de jeunes pratiquent ce sport.










Les racines de la Capoeira viennent de l’Angola et ses origines remontent à l’époque des grandes navigations du XVIeme siècle, quand le Brésil était sous l’autorité du Portugal. Les esclaves africains exportés au Brésil durent camoufler cet art martial en sorte de danse, dans le but de ne pas éveiller la méfiance, puisque les portugais n’avaient pas le droit de se battre ou de pratiquer un sport de ce genre. Cela s’est converti comme une forme de lutte contre les oppresseurs: un symbole de liberté.







La musique marque les modes de jeu ou “jogo” entre les deux adversaires dans le but de manifester les habilités de la lutte au moyen de la diversion et du défi. Pour le corps, c’est un exercice aérobic qui demande une grande résistance physique et de la coordination; pour l’esprit, un travail d’agilité mentale, car les capoeiristes doivent improviser et trouver des solutions rapides devant l’attaque; et spirituellement, c’est un rapprochement à l’ame de l’esclave noir, dans un rite en souvenir à l’Afrique.

















Ainsi, la Capoeira est l’unique art martial où l’on peut se battre avec son opposant par une lutte de jambes, aussi bien que l’on peut danser, sauter et chanter.

Cet art interdit fut déclaré sport national brésilien dans les années 30. Actuellement, il fait parti des programmes d’Education Physique des écoles primaires, secondaires et des universités du Brésil.



 
 
 
 




ASOCIACIÓN DE CAPOEIRA TOPAZIO IBICENCA
618 443 907