EDITION: Août - Septembre '06

L’AGRESSIVITÉ SUR LA ROUTE









L’agressivité et la furie font partie des sentiments de base des êtres humains et se manifestent de différentes façons. Une des plus commune se retrouve dans la conduite automobile. Des questionnaires réalisés dans différentes études psychologiques indiquent que la conduite agressive est très fréquente.







Comment reconnaitre les conducteurs violents?

Conducteurs d’automobiles: ne pas respecter les distances de sécurité, klaxonner ou faire des appels de phares, changer brusquement de voies, donner des coups d’accélérateur, conduite très rapide ou très lente.
Conducteurs de motos: accélérer le moteur à l’arrêt, conduire très près des piétons ou autres usagers de la voie, faire la course avec d’autres motocyclistes.
Cyclistes: s’approcher beaucoup des voitures ou des piétons, circuler au milieu de la route, conduire en groupe parallèle.
Piétons: traverser intentionnellement lentement aux passages zebras, marcher au milieu de la route en gênant la circulation.





Comment se manifestent les agressions?

Agressions verbales: insultes, menaces, humiliations, moqueries.
Agressions physiques: bagarres, dégâts à autres véhicules.
Agressions matérielles: barrer la circulation.











D’où vient l’agressivité sur la route?

D’une part les conditions du trafic peuvent ètre une cause. Par exemple: les longues queues dans les embouteillages, le stress engendré par le parcours pour aller au travail, les travaux, les feux de signalisation, les intersections paralysées, les autres conducteurs qui vont trop vite ou trop lentement, le parti pris envers d’autres conducteurs (touristes, conducteurs d’autre type de véhicules, conducteurs âgés ou jeunes). Egalement quand un conducteur veut crâner devant ses amis.
La vraie raison de l’agressivité de l’individu a une racine beaucoup plus profonde, sa mauvaise humeur détermine sa conduite. L’origine peut venir de frustrations ou déceptions au travail, dans la famille, avec les amis ou relations, de la faible autoestimation et dans l’insatisfaction. D’un état euphorique on peut passer à un état contraire si l’on se trouve pris dans des embouteillages. Beaucoup de gens
é prouvent une sensation de liberté en conduisant. Ils prennent du plaisir à prendre leur voiture et à aller ou ils désirent. Le conducteur a aussi une sensation de pouvoir et de contrôle sur son véhicule. Qui le génera sur son chemin se verra puni par un comportement agressif.














Comment pouvons-nous mieux controler notre agressivité?

- En étant conscient de que notre agressivité n’est pas en relation directe avec les problèmes de la circulation, mais qu’elle résulte de d’autres aspects de notre vie.
- En restant calme face à des situations critiques: en respirant profondément et comprenant que l’autre conducteur a ses propres raisons pour se comporter ainsi.
- En partant de la maison à l’avance, spécialement si l’on sait le type de circulation qui nous attend.
- En étant conscient des sentiments d’agressivité et essayer d’utiliser cette énergie de façon positive (en trouvant des compensations pour réagir de manière plus relaxée dans tous les domaines de la vie).
Nous faisons tous partie de la circulation, d’une manière ou d’une autre. Alors, nous devrions tous nous rendre la vie plus facile les uns aux autres, et non plus difficile.