EDITION: Juin - Août 2018

L’avenir de la vie urbaine

Par Jerry Brownstein
Un nouveau quartier est en construction près d’Amsterdam avec un design innovant qui a le potentiel de changer notre façon de vivre. Ce sera le premier village ReGen - un nouveau type de communauté qui s’auto-approvisionne, cultive sa propre nourriture, génère sa propre énergie et transforme ses propres déchets en cercle fermé. Le village sera intégré à son propre système agricole. Certaines cultures seront cultivées sur le terrain, mais une grande partie de la nourriture sera cultivée dans des fermes verticales de haute technologie, en utilisant les méthodes les plus avancées comme une combinaison d’aéroponie, d’aquaponie, de permaculture, de forêts comestibles et d’agriculture biologique à haut rendement. L’aéroponie est une technique de culture dans laquelle les racines de la plante sont suspendues dans l’air et reçoivent leurs nutriments grâce à une solution nutritive qui leur est pulvérisée. Les aliments aquaponiques sont cultivés dans l’eau et sont nourris par les déchets de poissons élevés dans une pisciculture qui entretient ces plantes hydroponiques. C’est un système autosuffisant puisque les plantes purifient et nettoient l’eau permettant son utilisation continue.

Le village produira beaucoup plus de nourriture qu’une ferme traditionnelle de la même taille tout en utilisant beaucoup moins de ressources. L’aquaponie, par exemple, peut produire 10 fois plus de récoltes que l’agriculture traditionnelle sur une même surface de terre. Cependant, elle a besoin de 90% moins d’eau. Un système de permaculture recyclera autant de déchets que possible du village. Les déchets organiques de chaque maison seront utilisés pour faire du compost qui nourrira le bétail et les mouches soldats. Les mouches soldats nourriront les poissons et les déchets de poisson fertiliseront le système d’aquaculture qui fournira les fruits et légumes aux ménages. Les jardins saisonniers seront fertilisés par les déchets d’élevage. « Nous prévoyons de produire chaque année des tonnes d’aliments biologiques en abondance, qui peuvent être cultivés dans les systèmes de jardin verticaux en complément de l’agriculture saisonnière », explique James Ehrlich, directeur exécutif de la société californienne ReGen Villages et créateur du projet, qui va également gérer la ferme.

La communauté produira sa propre énergie en utilisant un mélange de forces géothermiques, solaires, thermiques solaires, éoliennes et de biomasse. Selon Ehrlich, « Voici quelques technologies très intéressantes pour maintenir la biomasse de faible empreinte en utilisant des déchets agricoles pour créer une source d’énergie continue. C’est une alternative durable qui a le potentiel de produire de l’énergie pour des communautés comme celle-ci en Europe du Nord... même en plein hiver ». Un réseau intelligent distribuera efficacement cette énergie aux foyers tout en l’envoyant dans un garage pour charger les véhicules électriques communaux. Une usine de biogaz convertira tout déchet domestique non compostable en énergie et en eau. Un système de stockage de l’eau recueillera l’eau de pluie et l’eau sale (qui est récupérée des éviers, des douches, des baignoires et des lave-vaisselle) pour la redistribuer aux jardins saisonniers et au système aquaponique.

Ce projet révolutionnaire devrait être achevé cette année, étant le premier d’un réseau de communautés similaires que ReGen prévoit de construire dans le monde entier. L’entreprise a déjà prévu des projets pour la Suède, la Norvège, le Danemark et l’Allemagne. Quand ils seront opératifs, ils devront s’étendre à d’autres domaines. « Nous espérons être la Tesla des éco-villes », explique Ehrlich. « Voir le futur et le rendre réalité de suite ». •