EDITION: Juin - Août 2018

IPF: Protéger notre environnement

Par Jerry Brownstein
Le Fonds pour la conservation d’Ibiza et de Formentera (IPF) a mené à bien de nombreuses actions dont il peut être fier au cours de ses dix premières années d’activité écologique sur l’île. Grâce à son travail avec des partenaires de tous les secteurs de la société, ils ont progressé dans de nombreux domaines de la durabilité et de la protection de nos ressources naturelles. Sandra Benbeniste en est la directrice exécutive et a été une force motrice du succès de l’organisation. Sous sa direction, l’IPF a mis au point un modèle efficace pour marquer une différence positive. Son but n’est pas de résoudre seul les problèmes environnementaux, car cela n’est ni pratique ni durable. Au lieu de cela, il a développé un système pour soutenir, encourager et aider à organiser tous ceux qui veulent marquer une différence positive dans ce domaine.

L’un de ses programmes les plus importants dans cette lignée fut d’établir et de financer l’Alliance Mar Blava en 2013. De nombreux groupes différents étaient contre la présence de prospection pétrolière près d’Ibiza, mais leurs efforts n’étaient pas coordonnés. C’était l’exemple parfait de problème ayant besoin d’organisation pour galvaniser tous ces groupes qui luttaient contre le forage. L’IPF joua un rôle de premier plan dans la création de Mar Blava en tant que groupe de convergence auquel tous les manifestants pouvaient se joindre. La résistance devint plus concentrée lorsque les habitants d’Ibiza s´élevèrent en signe de protestation au cours d’énormes manifestations publiques et en signant massivement les pétitions présentées par le travail inlassable d’Alianza Mar Blava et autres organisations. En conséquence, les forages furent annulés, l’Alliance ayant arrêté un total de quatre projets pétroliers et gaziers dans les mers entourant Ibiza. L’IPF aida également à établir un couloir protégé pour les baleines et les dauphins dans les mers entourant les îles Baléares.

Mais comme dans un mauvais film d’horreur, où le monstre que vous croyiez mort se lève à nouveau, le spectre de la nouvelle prospection pétrolière près d’Ibiza est, encore une fois, très réel. Cette fois, les compagnies pétrolières utilisent un vide dans les lois environnementales pour se faufiler dans nos eaux sous le couvert d’une chose appelé MedSalt-2. Lorsqu’une entreprise souhaite effectuer des tests acoustiques sous-marins potentiellement dangereux à des fins commerciales, il lui faut soumettre une étude complète d’impact environnemental. Ce fut le cas lors de la précédente tentative de forage où l’étude considérée trop dangereuse pour la vie marine avait été archivée. Cependant, si c’est au nom de la science qu’une entreprise veut réaliser une prospection sous-marine, elle doit seulement soumettre une étude d’impact très simplifiée. Cette fois-ci donc, les compagnies prétendent qu’il s’agit d’une étude strictement scientifique, avec l’idée que le gouvernement leur permette de faire exactement ce qu’ils allaient faire auparavant.

Le projet MedSalt-2 propose de réaliser le même type d’essais acoustiques proposés par les compagnies pétrolières la première fois alors qu’il a pourtant déjà été déterminé que ces essais constituaient un danger sérieux pour la vie marine. Cette fois-ci, la norme servant à protéger l’environnement a été contournée par le biais de cette astuce consistant à appeler leurs essais une étude scientifique. De toute évidence, il existe des compagnies pétrolières soutenant ce projet, et si l’on découvre du pétrole ou du gaz, ils feront tous les efforts possibles pour commencer à perforer. L’IPF à travers Mar Blava, s’est repositionnée à la tête des efforts pour faire pression sur le gouvernement afin que cette violation de notre protection de l’environnement cesse. Ibiza dit non!

L’IPF est également très impliqué dans la recherche de solutions aux problèmes d’eau croissants à Ibiza. Avoir suffisamment d’eau douce ici à Ibiza a toujours relevé du défi, mais ces dernières années, le problème est devenu plus radical encore. Au cours de la dernière décennie, l’augmentation de la consommation pendant la saison touristique a épuisé la nappe souterraine (aquifère) que les pluies n’ont pas suffi à combler. En 2015, l’IPF a soutenu une étude sur la situation de l’eau à Ibiza, coordonnée par l’Université des Îles Baléares. Leurs recherches ont confirmé que nos aquifères sont fortement contaminés par l’eau de mer à la suite d’une surexploitation et ont proposé des recommandations pour une meilleure gestion de l’eau. Suivant le modèle utilisé par Mar Blava, l’IPF a contribué à la création de l’Alianza por el Agua en 2016, pour faire face aux pénuries d’eau à Ibiza et à Formentera. Ce groupe de convergence rassemble plus de 30 acteurs de l’administration publique, du tourisme, des associations professionnelles, des ONG locales et des agriculteurs pour trouver des solutions aux problèmes d’eau sur les îles.

En plus de ces deux projets principaux, l’IPF travaille continuellement sur d’autres problèmes environnementaux importants. Ils coordonnèrent une étude importante sur la capacité de charge de l’île en 2017 et développèrent une série d’indicateurs de durabilité qui serviront de base pour les actions futures. Un facteur important est la transition vers l’énergie solaire et la mobilité électrique. La consommation d’énergie à Ibiza a augmenté de près de 70% au cours de la dernière décennie, cependant, nous n’utilisons qu’au minimum les plus de 300 jours de soleil dont nous bénéficions. Même des pays comme l’Allemagne, n’ayant que très peu de lumière du soleil, sont capables de produire des quantités importantes d’énergie solaire, autant dire que le potentiel ici à Ibiza est énorme. L’IPF a financé une étude et organisé des forums pour susciter des débats et des actions dans le but d’obtenir une « Ibiza et Formentera 100% renouvelables ».

Telles sont les autres actions contrôlées par l’IPF : L’afflux de touristes a créé une forte augmentation des déchets à laquelle nos systèmes actuels ne peuvent pas faire face, et les eaux usées non traitées sont encore pompées vers la mer aux heures de pointe. Les feux de forêts sont un danger constant que le public doit connaître. Un autre aspect important de la protection de l’environnement concerne notre littoral et le domaine du surdéveloppement. Cela inclut une plus grande sensibilisation au besoin de protéger nos prairies de posidonies. A cette fin, l’IPF a épaulé la création d’une réserve marine autour de Tagomago, en travaillant avec les gouvernements locaux, les pêcheurs, les ONG, les secteurs nautique et touristique. L’IPF est toujours prêt à soutenir et encourager des solutions innovantes et pratiques pour protéger et améliorer l’environnement naturel de l’île que nous aimons.

Pour plus d’informations, visitez son site Web:
www.ibizapreservationfund.org •