EDITION: Février - Avril 2018

Bitcoins et bulles

Jerry Brownstein
L’augmentation spectaculaire du prix de Bitcoin l’a placé dans le point de mire et a fait apparaître le spectre de précédents investissements spéculatifs ayant atteint des hauteurs vertigineuses avant de s’écraser au plus bas. Le Bitcoin, également connu sous le nom crypto-monnaie est une monnaie numérique qui a émergé après la crise financière de 2008 comme une alternative aux banques et aux autres moyens de paiement traditionnels. En 2010, chaque Bitcoin valait environ un dollar seulement. Sa valeur a augmenté progressivement et pendant plusieurs années s’est stabilisée à environ 200 $ - 300 $, jusqu’en janvier 2017, époque à laquelle elle grimpa jusqu’à 1000 $. Mais ce n’était qu’un début. En Août dernier, le prix commença à monter en flèche, et en décembre 2017, un Bitcoin se vendait à 20 000 $. Pour vous donner un exemple : si en 2010 vous avez investi 100 € en Bitcoin, votre investissement aurait été d’une valeur de deux millions d’euros en décembre 2017. Aux dates d’envoi de cette édition à l’imprimerie (fin janvier), la valeur de Bitcoin a considérablement diminué, mais reste encore à un niveau très élevé. Alors, qu’est-ce que Bitcoin ?, Est-ce juste une autre « bulle » économique qui finira par éclater ?

Bitcoin est un réseau numérique qui permet aux gens d’échanger des valeurs directement entre eux, sans passer par une banque ou une autre institution financière. Il s’agit d’un nouveau type d’actif créé grâce à la combinaison d’un cryptage informatique sophistiqué et d’un réseau de type égal à égal. Quand on possède des Bitcoin, ce que l’on contrôle vraiment est une clé numérique secrète qui peut être utilisée pour montrer à d’autres personnes sur le réseau que l’on possède une certaine quantité de Bitcoins. Le plus grand avantage est que Bitcoin est décentralisé, ce qui le rend extrêmement privé. Ceci est très différent de la banque classique, où les gouvernements peuvent intervenir pour geler les comptes, contrôler les paiements par blanchiment d’argent ou faire respecter les règlements. Ce facteur a fait de Bitcoin un grand attrait pour ceux qui veulent garder les transactions importantes dans une ombre économique ou pour les gens qui apprécient leur vie privée, mais aussi pour les cybercriminels, les fraudeurs fiscaux et les trafiquants de drogue.

L’achat de Bitcoins est très simple. Tout d’abord, vous devez entrer en ligne (ou aller à l’un des rares distributeurs automatiques existants) pour obtenir un porte-monnaie Bitcoin, qui est un fichier informatique contenant votre clé Bitcoin. Ensuite, il suffit de se connecter à l’un des sites d’échanges de Bitcoin pour en acheter ou en vendre. Par contre, il s’avère pratiquement inutile si vous voulez l’utiliser pour payer les achats quotidiens. Seul un petit nombre d’entreprises les accepte en paiement, et même dans ces endroits, la transaction reste difficile. PayPal et d’autres moyens de paiements en ligne commencent à l’accepter, mais encore une fois le processus de paiement est lourd et inefficace.

Comme la valeur de Bitcoin continue d’augmenter rapidement, la crainte que ce ne soit qu’une bulle économique augmente également. Bitcoin et autres monnaies cryptographiques (comme Ethereum et Litecoin) s’achètent et se vendent comme des investissements spéculatifs, et leur valeur dépend uniquement du nombre de gens qui sont prêts à continuer à faire des paris sur la valeur que ces monnaies peuvent atteindre. Beaucoup d’économistes disent que le phénomène Bitcoin ressemble étrangement aux bulles économiques du passé. Dans chaque cas, la valeur d’un produit a connu une ascension fulgurante qui était loin de sa valeur réelle, et finalement s’est écrasée de façon spectaculaire. Peut-être qu’un regard en arrière nous donnerait une perspective pour déterminer si ces crypto-monnaies sont tout simplement la dernière bulle spéculative ou bien une technologie qui peut vraiment transformer notre système financier.

L’exemple classique d’une bulle d’actifs fut le cas de Tulip Mania, en 1636, lorsque les Néerlandais commencèrent à importer des bulbes de tulipes de l’Empire ottoman. Les spéculateurs suscitèrent des espoirs insensés quant à la valeur de ce nouveau produit en augmentant les prix. De plus en plus de gens se lancèrent sur ce marché après avoir appris la facilité avec laquelle ils pouvaient gagner énormément d’argent. Les prix montèrent en flèche, mais finalement s’écrasèrent quand il s’avéra que le vrai produit n’était pas si précieux. Près de 100 ans plus tard, Bubble South Sea fut également un investissement désastreux pour beaucoup de gens en Angleterre, y compris le grand Sir Isaac Newton. La South Sea Company avait des droits de monopole sur le commerce entre la Grande-Bretagne et l’Amérique du Sud au début du XVIIIe siècle, et les investisseurs achetèrent des actions dans l’attente de bénéfices énormes. Encore une fois, une frénésie d’alimentation basée sur des attentes irréalistes fit augmenter les prix, mais en fin de compte la valeur des actions finit par s’écraser.

D’autres bulles montèrent et descendirent au fil des ans et bien sûr le krach boursier américain de 1929, qui fut la principale cause de la Grande Dépression. Un aspect troublant de l’histoire économique récente est que ces bulles éclatent de plus en plus fréquemment. Dans les années 90, nous avons vécu le Dot Com Bubble (la bulle du point Com) lorsque l’explosion des sociétés Internet dans les marchés boursiers avait créé une agitation causant une spéculation excessive. Si le nom d’une nouvelle société se terminait par « .com », le public se précipitait pour acheter ses actions, créant des valorisations ridiculement élevées malgré le fait que les sociétés ne généraient que peu ou pas de bénéfices. La plupart d’entre elles éclatèrent en 2001 lorsque la bulle explosa, mais ces faits furent bientôt suivis par l’inflation d’un nouvelle bulle économique.

L’effondrement mondial du système bancaire en 2008 fut le résultat direct d’une bulle des prix de l’immobilier aux États-Unis. Cette crise hypothécaire subprime impliqua des transactions financières compliquées, mais voici une explication simple : les grandes banques de Wall Street promurent de façon irresponsable des prêts hypothécaires à des personnes sachant qu’elles ne pouvaient pas se permettre des remboursements de l’emprunt. Les banques le firent malgré tout car elles gagnaient de grosses sommes d’argent en présentant ces prêts hypothécaires dans des obligations qu’elles vendaient avec d’énormes bénéfices. Tant que les prix des logements continuèrent d’augmenter, les propriétaires pouvaient refinancer leurs maisons pour couvrir leurs hypothèques. Cependant, dès que les prix se stabilisèrent, des millions de personnes cessèrent de payer leurs emprunts, et en 2008, les obligations qui avaient été construites avec ces emprunts en faillite perdirent la plus grande partie de leur valeur. Cela provoqua la grande crise économique dont nous venons d’émerger.

Alors, Bitcoin est-il une bulle ? Est-ce que ces exemples du passé présagent l’effondrement possible d’une monnaie qui a très peu de valeur intrinsèque ? Ses investisseurs se rendront compte que tout ce qui brille n’est pas or ? L’histoire dit que les bulles se produisent quand les gens se rendent compte de la possibilité de gagner tellement d’argent si facilement et qu’ils décident de monter dans le train en marche. On dit aussi que lorsque les investisseurs commencent à tirer profit de leurs profits, le prix commence à vaciller, ce qui fait que les investissements sont annulés, car tout le monde essaie de sortir son argent avant qu’il ne soit trop tard.

Cette histoire n’est pas de bon augure pour la valeur de Bitcoin, cependant, il existe un exemple d’une bulle qui a persisté pendant des siècles sans exploser. Sa valeur a fluctué au cours des années, mais elle a toujours été une source fiable de richesse. Cette bulle indestructible est appelée OR, un métal brillant avec des utilisations commerciales mineures qui, cependant, a toujours été très apprécié depuis le début de la civilisation. Pourquoi l’or est-il précieux ? Juste parce que les gens croient qu’il est précieux et que cette croyance abstraite a résisté à l’épreuve du temps. Alors peut-être que Bitcoin, qui a aussi une valeur réelle inférieure, sera peut-être l’or du XXIème siècle. Beaucoup de gens misent sur cette possibilité, mais le temps nous le dira.