EDITION: Décembre - Février 2018

Le village des souvenirs

Jerry Brownstein
Le gouvernement hollandais a mis au point une façon innovatrice de recevoir les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, donnant une impression clinique complètement différente de celle d’une maison de retraite traditionnelle. À la périphérie d’Amsterdam, a été créé le « village » Hogewey ouvrant de nouvelles possibilités pour l’avenir de l’attention aux personnes âgées. À première vue, il ressemble à n’importe quel autre petit village avec une place, des boutiques, un théâtre, un jardin, un bureau de poste, etc. Mais il y a une grande différence, le village n’est pas réel et tous les résidents sont des personnes âgées à divers stades de démence. Ils font partie d’une expérience vivante permettant de voir si un environnement familial peut créer un changement positif sur la santé et le bonheur de ceux qui souffrent de cette maladie.

Le concept ressemblerait au film « The Truman Show », qui traite de l’histoire d’un homme nommé Truman qui, à son insu, a été élevé dès sa naissance sur le plateau d’une émission de télé-réalité. Truman ne sait absolument pas que le village où il vit est un ensemble de films et qu’il est filmé en permanence, et que toutes les personnes qu’il côtoie sont des acteurs. De même, les habitants de Hogewey ont le sentiment de vivre dans un vrai village, mais en réalité, cela ressemble davantage à un ensemble de films. Les caméras surveillent les résidents à tout moment de la journée, et les soignants sont toujours proches, mais ils s’habillent et agissent comme s’ils étaient des gens normaux du village. Les résidents semblent être des commerçants, des jardiniers, des caissiers, des employés des postes, etc.

Un autre élément important qui rend Hogewey si différent est son concept du logement. Il n’y a pas une « impression d’hôpital »
comme dans les installations traditionnelles pour les personnes âgées. Les résidents vivent dans des maisons qui sont construites et meublées pour qu’ils se sentent comme à la période où leur mémoire a cessé de travailler à court terme. Il y a des maisons qui ressemblent aux constructions des années soixante-dix, quatre-vingt et quatre-vingt-dix, et toutes sont reproduites avec précision dans les moindres détails pour aider les résidents à se sentir à l’aise dans un environnement familier. Six ou sept résidents vivent ensemble dans chaque maison, avec un ou deux aides-soignants.

Ce « village » fonctionne depuis plusieurs années et les résultats sont incroyablement positifs. Les résidents de Hogewey ont besoin de moins de médicaments, mangent mieux, vivent plus longtemps et semblent beaucoup plus heureux que ceux qui se trouvent dans les maisons de retraite communes. Le succès considérable de Hogewey remet en cause la question de savoir, en ce qui concerne la démence, combien de souffrance est réellement causée par la maladie et combien de souffrance existe de par la façon dont nous les traitons. Les maisons de retraite traditionnelles des aînés avec leur aspect clinique et des infirmiers formels communiquent constamment un message négatif aux résidents : « Vous êtes malade, vous ne pouvez pas prendre soin de vous, vous êtes toujours en train d’oublier des choses ». Mais Hogewey transmet un message différent parce que les résidents vivent dans un endroit qui ressemble à une maison, même si ce n’est pas le cas. Ce que les autres voient comme avant, ils le voient comme une réalité, ce qui peut aider à se sentir normal, même au milieu de sa maladie. Cela s’inscrit dans le concept que le psychologue Donald Spence appelle « réalité narrative ». En bref, cela signifie que lorsque vous êtes dans un endroit qui a l’air normal, vous ne vous sentez plus perdu.