EDITION: Août - Octobre 2016

L’avenir c’est le présent, pour Elon Musk

Jerry Brownstein
A chaque génération, Il y a toujours des hommes pour changer le monde de façon radicale, et pour ce nouveau millénaire, c’est le cas d’Elon Musk. Il possède une certaine vue d’ensemble de l’évolution du monde ainsi qu’une capacité unique de faire que ces visions atterrissent dans la réalité actuelle. Au long de ces 14 dernières années, Musk a changé le cours d’une grande diversité d’industries et d’activités: l’aérospatiale, les automobiles, le stockage de l’énergie solaire, l’énergie, le transport grande vitesse, l’intelligence artificielle... et beaucoup plus à venir...
 
Elon Musk est né et a grandi en Afrique du Sud, mais à l’âge de 17 ans, il déménagea au Canada (pays d’origine de sa mère) puis, peu de temps après, aux États-Unis. C’était un excellent étudiant en informatique et en physique appliquée, ce qui l’amena à monter une société de financement sur internet dès l’âge de 24 ans, en 1995. Celle-ci grandit et fusionna avec d’autres sociétés, pour enfin devenir PayPal, le système de paiement dominant sur internet. En 2002, PayPal fut acquise par eBay pour 1,5 milliards de dollars et le jeune Mr Musk devint un homme très riche... Mais, qu’allait-il faire avec autant d’argent ? Il aurait pu prendre sa retraite et dédier sa vie à la philanthropie, comme l’ont fait beaucoup, mais non, le désir de mettre en œuvre ses visions de l’avenir le poussait.
 
Une de ses passions était la technologie des fusées, car il estimait que, grâce à des innovations intelligentes, les voyages dans l’espace pourraient vivre une véritable révolution, et voir les coûts considérablement réduits. En utilisant l’argent de la vente de PayPal, il s’embarqua sur l’une des initiatives d’entreprises la moins conseillable que vous puissiez imaginer: une société de fabrication de fusées appelée SpaceX. Jusque-là, aucune entreprise privée ne s’était risquée à faire des lancements spatiaux. On pensait que seuls les gouvernements avaient la capacité de mener à bien des projets aussi coûteux et complexes. Mais Musk ne s’est pas découragé, et en 2004 SpaceX avait commencé à construire des fusées expérimentales. Toutefois, cela ne suffisait pas à son esprit fertile, alors il décida de lancer une autre aventure d’un genre aussi peu conseillable en apparence, une compagnie de voitures électriques appelée Tesla, pour faire de la concurrence aux géants automobiles du monde.
 
Sa vision consistait à révolutionner l’industrie automobile en accélérant considérablement l’adoption des véhicules électriques propres et efficaces, poussant plus rapidement l’humanité vers un futur énergétique durable. Une fois de plus, il lançait une société que la plupart des gens ne pensaient pas viable, car comment cette petite société solitaire aurait pu survivre sur un marché si concurrentiel ? Deux ans plus tard, alors que la société en était encore au stade de la planification, Musk démarra encore une autre société, soutenant ainsi sa vision d’une planète nourrie d’énergie durable. Cette dernière appelée Solar City, fut conçue dans le but d’installer des systèmes de panneaux solaires dans des millions de foyers américains.
 
Quatre ans après la vente de PayPal, Musc avait suivi ses visions et avait dépensé presque tout son argent dans ces trois entreprises apparemment sans avenir. Beaucoup de gens voyaient en lui un millionnaire d’internet délirant qui s’était lancé dans quelque chose d’insoutenable, et jusqu’en 2008, ces critiques auraient pu sembler fondées. SpaceX avait réussi à construire des fusées, mais malheureusement c’était des roquettes qui ne fonctionnaient pas très bien. Trois lancements avaient été tentés, mais les trois fusées avaient éclaté avant d’entrer en orbite. De plus, la compagnie de voitures Tesla avait des difficultés pour le démarrage, et Solar City était loin de devenir une réalité. Mais, juste au moment où ses rêves paraissaient voués à disparaître... tout changea!
 
En septembre 2008, SpaceX lança sa quatrième fusée, la dernière qu’il pouvait se permettre de construire, et réussit à parfaitement placer un satellite en orbite. En conséquence, SpaceX devint un client régulier de la NASA, envoyant des satellites et fournissant la station spatiale internationale, avec un taux de réussite d’un 100 %. Dans une mission récente, fut fait ce qui jamais n’avait été fait auparavant : faire atterrir une fusée d’accélération sur une plate-forme flottante sur la mer. Dans l’histoire du lancement de fusées, la procédure standard avait toujours consisté en ce que cette énorme fusée d’accélération qui  propulsait le vaisseau dans l’espace, se perdait ensuite en mer et n’était jamais récupérée. Cela n’avait aucun sens pour Musk qui pensa donc à la façon de rendre ces coûteuses fusées réutilisables et donc plus économiques et moins inefficaces. Remplir un accélérateur utilisé coûte environ 250.000 euros, tandis que d’en faire un nouveau à chaque fois coûte plus de 50 millions.
 
Pendant ce temps, Solar City est devenu le plus grand installateur de panneaux solaires des Etats Unis et est en train de construire la plus grande usine de panneaux solaires du pays. Et qu’est-il advenu de ce rêve impossible de produire une voiture électrique qui allait surpasser ses concurrents ? Et bien, la première voiture de Tesla, le modèle S, fut annoncée plus ou moins en même temps que le lancement de SpaceX, après un début de production en 2012 et un début de stratégie de marketing très innovatrice. Musk espère vendre des millions de voitures électriques abordables pour le public en général, et cependant sa première voiture était très luxueuse, très rapide... et très coûteuse. Pourquoi commencer par une voiture que presque personne ne pouvait se permettre d’acheter ?
 
L’idée était de créer une voiture qui serait une très belle merveille de la technologie, pour provoquer un intérêt pour les voitures électriques et faire respecter la marque Tesla. Ce qui a été appris en construisant cette voiture coûteuse a servi plus tard pour créer le modèle 3, disponible à la vente l’année prochaine. Il s’agit aussi d’une très belle voiture avec le génie électrique le plus avancé... mais à un prix abordable. Le modèle S a donc donné à Tesla une crédibilité... et le modèle 3 peut en faire un formidable acteur sur le marché automobile mondial. En outre, Musk, avec son enthousiasme habituel, est en train de relever le défi de faire en sorte qu’il y ait assez de points de recharge d’électricité pour les voitures : Tesla est en train de construire des milliers de stations dans toute l’Amérique et va bientôt s’étendre au reste du monde. Les recharges seront solaires et gratuites pour les voitures de Tesla... et le temps de charge sera 10 fois plus rapide que les modèles actuels.
 
C’est ainsi que les trois projets visionnaires générés après PayPal furent des réussites, ... Et ce n’est que le début de la croisade de Musk pour amener l’avenir au présent. Tesla aura besoin d’une énorme quantité de batteries de haute qualité pour des millions de voitures attendant d’être vendues, et pour ceci, il est en train de  construire une usine géante dans le Nevada (USA), qui va plus que doubler la production annuelle globale de batterie au lithium-ion. Musk s’est également penché sur un transport de masse inédit appelé « Hyperloop ». Comme la plupart de ses créations, le concept de l’Hyperloop semble tiré de la science-fiction, et cependant, un système de test est déjà construit en Californie. Il se compose d’un réseau de tubes au-dessus du sol qui est rempli d’air à très basse pression, ce qui permet à des capsules, de la taille d’un autobus, de voyager à une vitesse de près de 1200 km/h. Son but est de « déplacer les personnes et marchandises plus rapidement que jamais. Faire que le monde soit plus petit, plus propre et plus efficace. »
 
Cette année il a également créé « OpenAI », qui aspire à développer l’intelligence artificielle (AI pour son sigle en anglais) de façon sécuritaire et bénéfique pour l’humanité. En s’assurant que l’IA est disponible gratuitement pour toutes les personnes, il espère « lutter contre les grandes sociétés qui pourraient gagner trop de pouvoir en étant propriétaires de systèmes de super intelligence, et contre les gouvernements qui pourraient se servir de l’IA pour contrôler ses citoyens. » Cette initiative s’aligne sur le souhait de Musk d’aborder les problèmes les plus urgents du monde afin de donner à l’humanité la meilleure chance d’un avenir positif... et sa vision va bien au-delà des confins de la terre même. Son objectif en lançant le SpaceX n’était pas seulement une volonté de mettre des satellites en orbite et d’être fournisseur de la station spatiale internationale... Il veut faire des humains une espèce multi planétaire, et coloniser Mars avec au moins 1 million de personnes au long du prochain siècle ! SpaceX travaille actuellement sur une fusée énorme qui serait capable de transporter des personnes vers Mars. Cela peut sembler quelque chose de fantaisiste... Mais ne prenons pas à la légère les projets de cet homme qui a montré qu’il peut convertir la science-fiction en réalité présente. •