EDITION: Avril - Juin 2016

Trouver votre essence

Par Jerry Brownstein
Nombreuses sont les personnes à la recherche d’un guide qui puisse les aider à trouver leur véritable voie dans la vie, leur passion, leur but. Le Bouddha enseignait que le but de la vie est de re-découvrir sa vraie nature, son essence. Lorsque l’on découvre cette vraie nature, le chemin devient clair et les états divins de la bonté, de la compassion, de l’empathie et du bonheur émergent. Quelle est votre vraie nature ? Savez-vous qui vous êtes vraiment ? Si vous pouviez regarder au-delà de votre personnalité superficielle, que verriez-vous ? Voilà le grand voyage de notre vie, un voyage pour se rappeler qui nous sommes et pourquoi nous sommes ici. C’est par ce biais du souvenir que l’on peut atteindre la connexion avec notre essence, une connexion vitale pour le bonheur et la plénitude.


Il a été dit que nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. Cet être « spirituel » est l’essence véritable, tandis que la personnalité est constituée de « l’expérience humaine », les croyances et identités acquises tout au long de la vie. L’environnement et la façon dont l’homme s’adapte aux événements et aux situations façonnent sa personnalité. Celle-ci et son essence font partie de sa plénitude, mais la personnalité peut devenir tellement complexe et dominante que la lumière de la véritable essence reste cachée. Beaucoup d’entre nous arrivent à être vaguement conscients de cette déconnexion et commencent à se poser des questions plus profondes telles que : Pourquoi suis-je ici ? Qu’est-ce qui me passionne ? Pourquoi ne suis-je pas tout à fait heureux ? Les réponses à ces questions apparaissent lorsque l’on commence à se souvenir de sa vraie nature, et la première étape pour ce faire est de prendre conscience de la séparation entre la personnalité et l’essence.


Ramana Maharshi était un grand sage de la tradition védique du yoga, qui enseigna que le moyen d’atteindre la paix intérieure et la liberté est de se poser constamment une simple question : « Qui suis-je ? » En se posant cette question, les réponses commencent à pénétrer dans la conscience de surface... Il faut aller de plus et plus profond... pour enfin trouver l’axe le plus interne... l’essence. La clé est de ne pas accepter de fausses réponses venant de la superficie de l’esprit, celles-ci étant de simples étiquettes ayant été attribuées au cours de toute une vie, des étiquettes comme riche, pauvre, beau, intelligent, vieux, jeune, français, espagnol, etc., etc… Ce sont les étiquettes superficielles de chaque personnalité, mais elles ne répondent pas aux questions les plus profondes : Qui voit quand je vois ? Qui écoute quand j’écoute ? Qui sait que je suis conscient ?

Voyons où cela nous mène dans une hypothétique conversation lorsque l’on demande à quelqu’un : Qui êtes-vous ? La première réponse sera probablement le nom : « Je suis Linda ». Mais si j’écris toutes ces lettres sur une feuille de papier, L-I-N-D-A, est-ce vraiment ce qu’est cette personne ? un simple recueil de lettres ? Vous vous rendez compte que vous cherchez une réponse plus complète, alors vous essayez de nouveau et là la réponse serait encore une fois l’histoire de votre vie : je suis né en 1978 et j’ai grandi à San Francisco, en Californie, etc., etc.... C’est une belle histoire, mais si vous étiez né ailleurs, si vous étiez allé à différentes écoles, si vous vous étiez fait d’autres amis, etc., ne seriez-vous pas toujours vous-même ? Ne seriez-vous pas toujours conscient de votre existence ? Alors vous essayez de nouveau : Qui suis-je ? Je suis un corps occupant cet espace. Je mesure 170 cm, je pèse 50 kg, etc.... Mais quand vous aviez 5 ans vous ne mesuriez pas 170 cm... Et vous étiez bien vous... La même personne qui tente de répondre à cette question était bien là aussi.


Vous pouvez voir où cela nous mène. Chaque réponse qui a à voir avec ce que vous avez fait, avec le lieu dont vous venez, avec votre apparence, etc., ne dit pas vraiment qui vous êtes. Ce sont les éléments de votre personnalité de surface, mais ils ne vous disent pas qui voit quand vous voyez... qui écoute lorsque vous écoutez... qui ressent quand vous vous ressentez... qui observe vos rêves... Votre vrai moi, est une conscience plus profonde qui se trouve sous votre personnalité de surface. Alors, comment est-ce possible de trouver cette essence apparemment insaisissable ?

Les grands maîtres du passé offraient tous un message similaire pour aider à trouver le vrai moi : pas besoin d’apprendre quoi que ce soit, juste se rappeler ce que l’on sait déjà au fond de soi, faire bouger les décombres qui recouvrent et cachent ce qui est déjà là. Pour ce faire, ils développèrent des techniques qui aident à laisser de côté ce que l’on n’est pas, afin de pouvoir découvrir qui l’on est. Toutes ces méthodes sont essentiellement des moyens pour nous détacher des illusions que nous créons quand nous nous identifions avec les émotions et les histoires de la pensée de notre personnalité. La clé consiste à désactiver le bavardage incessant de l’esprit, ce qui peut s’apprendre par le biais de la méditation, de la danse, des tambours, de la respiration ou d’autres moyens. Une fois que ce bavardage est dépassé, ce qui reste est l’essence. Eckhart Tolle, l’explique de cette façon :


« Lorsque vous reconnaissez qu’il y a une voix dans votre tête qui prétend être vous... et qui ne s’arrête pas de parler... vous éveillez votre identification inconsciente avec le fil de votre pensée. Lorsque vous vous rendez compte de la voix, vous vous rendez compte que ce que vous êtes vraiment n’est pas cette voix (le penseur), mais celui qui est conscient de cette voix ».

Prendre le temps de méditer est le moyen le plus facile et le plus simple de développer ce sens de la séparation entre la vraie nature et la personnalité. Méditer régulièrement permet de s’habituer à être dans un espace de paix. C’est dans ce silence que l’on commence à sentir qu’il existe une distance entre les pensées et le savoir intérieur... une distance entre le bruit de l’esprit et la conscience qui habite dans le cœur. De temps en temps, vous vivrez un « moment »... un éclair de vision quand soudain tout se tient... vous vous sentez merveilleusement enivré par une sensation de paix absolue et compréhension... qui disparaît ensuite. Il est normal que ces moments de clarté soient fugaces dans un premier temps, mais ils sont si merveilleux que vous continuerez à les rechercher. De même qu’exercer les muscles du corps les rend plus fort, plus l’on exerce de flexions sur les muscles de la conscience, plus faciles et fréquents seront les moments d’éveil.


Ce processus est assez simple... mais pas si simple à la fois. Tout d’abord, il faut s’engager à une pratique régulière qui vous fasse sortir de votre conscience « normale». Il est également important de se rappeler d’appliquer la conscience de soi et l’attention au contexte de la vie quotidienne, non seulement sur le coussin de méditation ou le studio de yoga. Voyez comment vous agissez et réagissez aux événements de votre vie et du nombre de fois où vous êtes poussé par les vieilles histoires tissées dans votre personnalité. Plus vous êtes conscient de la présence de ces vieux schémas de comportement, mieux vous vous réveillerez de la « transe » habituelle de la vie. Il se peut que vous ne viviez pas une expérience profonde tous les jours ; félicitez-vous de l’évolution progressive de votre conscience. Le brouillard de la vie quotidienne deviendra de plus en plus fin et les fenêtres de vraie clarté s’ouvriront de plus en plus souvent. Votre expérience de vie changera progressivement avec le réveil et le souvenir. Vous découvrirez la partie en vous qui se trouve au-delà de la personnalité, de l’ego et des histoires... votre vraie nature... votre essence.