EDITION: Février - Avril 2015

La science de la conscience

Jerry Brownstein
En 1971, Edgar Mitchell, astronaute de la mission spatiale Apollo 14, devint le sixième homme à mettre le pied sur la Lune. Ce fut une expérience réellement extraordinaire, mais il eut une révélation encore plus forte pendant son voyage de retour sur la Terre. Regardant par le hublot du vaisseau spatial, il fut fasciné de voir notre brillante planète bleue suspendue dans l’immensité de l’espace. Il a commencé à ressentir un profond savoir intérieur, la révélation de que tout dans l’Univers était relié, et que nous faisons tous partie d’une grande conscience. Ses propres paroles : « J’ai compris avec certitude que la vie dans l’Univers n’est pas un pur hasard.... ce savoir m’est venu directement ». Mitchell a une formation d’ingénieur et scientifique, et, cependant, cette expérience lui a permis de se rendre compte que le monde est beaucoup plus complexe et mystérieux de ce que la science conventionnelle lui avait fait croire. Il a vu clairement que la prochaine étape à explorer était le territoire inconnu de la conscience humaine, et qu’il contenait d’incroyables possibilités que l’on ne pouvait encore imaginer. Deux ans plus tard, il abandonna le programme spatial et fonda l’Institut des Sciences Noétiques (IONS).
 
« Noétique » vient du grec « nous », qui signifie esprit intuitif et connaissance intérieure. Il y a basiquement deux manières différentes pour nous permettre de connaître le monde autour de nous : objectivement et subjectivement. La science se centre exclusivement sur le monde physique matériel, qui explore seulement sur des mesures et expériences objectives. Mais il existe aussi des formes subjectives de connaissance, basées sur nos expériences intérieures et nos sentiments. Ce sont les parties essentielles de notre expérience humaine, comme l’amour, le désir, ce que nous aimons, ou non, le goût, la beauté... tout ce que nous ressentons. Toutes ces expériences subjectives existent dans notre conscience : elles sont très réelles et souvent profondes, mais ne peuvent être des mesures pour la science conventionnelle. Par exemple, une mère sait de façon absolue que l’amour qu’elle ressent pour ses enfants est totalement réel... et cependant elle ne peut ni l’expliquer ni le démontrer de façon objective scientifique... il s’agit d’un savoir intérieur... c’est noétique.
 


Les expériences noétiques touchent chaque part de notre vie, et pourtant il a y peu de recherches faites pour savoir en quoi elles influencent le monde qui nous entoure. L’idée d’Edgar Mitchell a été de porter les connaissances rigoureuses et les techniques de la méthode scientifique à l’étude de cette forme interne de la connaissance. Sa vision a été, et continue d’être, d’améliorer le monde grâce à une meilleure compréhension de la gamme complète des expériences humaines, objectives et aussi subjectives. Pendant plus de quarante ans, les scientifiques de IONS ont suivis cette vision, ouvrant notre connaissance de la nature fondamentale de la conscience. Son objectif est de révéler les manières de comment notre conscience intervient dans la réalité physique et découvrir le potentiel que cela offre pour transformer le monde. Dean Radin est le Chercheur Principal de IONS, il a initié et supervisé de nombreuses expériences qui couvrent une grande variété de sujets noétiques. Ce travail a mené à de remarquables découvertes dans les domaines de la santé, de l’éducation et du potentiel humain. Au coeur de ces projets il y a la recherche de preuves que nous sommes tous reliés les uns aux autres et au monde par la conscience.
 
Ceci est en liaison étroite avec la sagesse ancestral de mystiques et savants qui ont parlé pendant des siècles d’un Champ de Conscience qui est au-delà des limites de notre monde physique matériel, un champ qui nous relie avec tout dans l’Univers. Récemment, la science la plus pionnière a enfin trouvé les preuves de l’existence de ce champ... alors que IONS est déjà plus en avance. Ils sont plongés dans une étude à long terme qui démontre l’étonnante manière dans laquelle nos pensées et nos émotions travaillent au travers de ce dit champ pour affecter notre réalité physique. IONS a monté des générateurs d’évènements aléatoires (REGs pour le sigle en anglais) dans de nombreux endroits du monde. Il s’agit de capteurs sophistiqués qui produisent normalement des résultats prévisibles... mais pas toujours. Quand eurent lieu des évènements comme celui du 11S ou le tsunami asiatique, ces capteurs devinrent fous. Ainsi, chaque évènement important qui a absorbé l’attention publique a affecté avec force ces REGs. La raison est que lorsqu’il y a tant de personnes dont l’attention est centrée sur quelque chose, l’énergie de la planète entière change complètement.
 
Pourquoi est-ce important ? Parce que cette recherche de IONS, avec des études similaires, montre clairement que l’attention humaine concentrée a un profond effet de transformation de l’énergie qui est la trame fondamentale de notre Univers. Ces découvertes confirment l’essence même de la vision d’Edgar Mitchell : que notre conscience collective a le pouvoir de créer un changement de paradigme avec la force nécessaire pour transformer notre monde. Tout le travail de IONS se base sur cette idée : qu’une meilleure compréhension de la conscience humaine offrira les réponses aux problèmes les plus urgents auxquels nous nous affrontons en tant que société globale : violence, inégalité et gaspillage des ressources. IONS est pionnier dans un élan pour un réveil global, un courant qui se rend compte que ce n’est qu’avec l’évolution de la conscience que nous pourrons réellement arriver à une société juste et raisonnable qui est notre destin le plus élevé. Cet engagement au potentiel humain est au coeur de tout ce que représente IONS, et se voit élégamment reflétée dans sa déclaration d’intention : « Collaborer à l’éclairement d’une vision du monde qui reconnaît notre interconnexion essentielle et favorise l’épanouissement de la vie sous toutes ses meilleures formes ».