EDITION: Juin - Août 2014

Le dÉbut

Texte: Jerry Brownstein

D’où venons-nous ? Comment l’univers a-t-il été créé ? Voici quelques-unes des grandes questions que se pose l’humanité depuis longtemps. La science conventionnelle nous affirme que l’univers a commencé avec ce qu’elle appelle le « Big Bang », il y a 13700 millions d’années. Selon cette théorie, notre existence tout entière a surgi tout à coup à partir de l’explosion d’une minuscule particule de matière. Ce qui commença comme une simple théorie se consolida comme dogme scientifique, amenant la majorité du peuple à l’accepter sans la remettre en cause... Mais quelque chose ne va pas dans cette théorie. Il est vrai qu’il existe de plus en plus de preuves que notre univers est en expansion, mais de là à croire qu’il a émergé au hasard d’un grain de poussière, cela va à l’encontre du bon sens. Bien sûr, le bon sens peut se tromper... Comme quand les gens croyaient ridicule de penser que la terre pouvait être ronde... Mais cela ne signifie pas que tout le bon sens manque de logique. Notre univers englobe des milliards de galaxies... et chaque galaxie contient des milliards d’étoiles, et... Eh bien, vous voyez : il s’agit de quelque chose de vaste et d’illimité qui va au-delà de notre compréhension. Il est donc très difficile de croire que tout cela ait été provoqué par l’explosion accidentelle d’une particule de matière inerte. En effet, l’observation des mécanismes si perfectionnés qui devaient être en marche pour que l’univers existe offre des preuves très convaincantes que la naissance de notre monde matériel fut beaucoup plus qu’un heureux hasard.
 
Pouvez-vous concevoir quelque chose avec une précision d’un millième d’un millionième de degré ? C’était le niveau de précision nécessaire pour que l’univers ait été formé comme il l’a été. Si la vitesse d’expansion avait été un millième d’un millionième de seconde plus lente, il aurait choqué contre lui-même. Si elle avait été un millième d’un millionième de seconde plus rapide, tout se serait dispersé tellement vite que seuls se seraient formés des gaz froids et dilués. La moindre fraction de différence de multiples facteurs aurait fait que l’univers tel que nous le connaissons n’existerait pas. Pour qu’un système si complexe se développe avec succès à partir d’une explosion dans l’espace cela requiert bien plus qu’un coup de chance. Le mathématicien et physicien Fred Hoyle a comparé la possibilité que la vie ait surgi au hasard du Big Bang avec les possibilités qu’un ouragan passe par une décharge et construise un avion avec le grand nombre de morceaux de ferrailles balancées par le vent.
 

 
Plus on approfondit l’analyse, plus il est difficile de croire que notre univers est le résultat d’une explosion accidentelle. En fait, il semble beaucoup plus probable que l’univers ait surgi d’un processus bien organisé et bien intentionnel…Alors, comment expliquer cela ? Les cultures traditionnelles ont cru en une sorte de divinité qui aurait été la force motrice de la création et de tous les événements successifs. Cependant, avec l’émergence de la science au XVIIe siècle, ces anciennes croyances ont été questionnées, donnant lieu à une grande polémique entre les créationnistes et les scientifiques matérialistes… Débat qui se poursuit à ce jour. Fondamentalement, les créationnistes disent qu’il y a un Dieu tout-puissant qui est responsable de tout ce qui existe dans l’univers. En revanche la science de la matière nous dit que l’univers ne peut être compris que par la connaissance de ses éléments physiques. En d’autres termes, que la matière est tout ce qui compte. Aucun de ces points de vue sont complets, tous deux voyant le monde à travers une perspective limitée : pour les créationnistes, tout est complètement spirituel ; pour les matérialistes, tout est complètement matériel. Mais l’univers ne peut pas être classifié d’une manière aussi simple : il n’est ni entièrement spirituel, ni complètement matériel, mais les deux choses.
 

 
Peut-être pourrions-nous parvenir à une meilleure compréhension de la création de l’existence de l’univers si nous intégrions la science et la spiritualité. Pour voir comment cela fonctionne, acceptons pour le bien du débat qu’il y ait eu un Big Bang. Cela laisse toujours question simple: « Qu’y avait-il avant cette grande explosion ? ». Si tout l’univers matériel a commencé avec un Big Bang, il devait donc y avoir une sorte d’existence immatérielle avant cela. De cette source immatérielle… du Néant… a été créé l’univers entier du… Tout. Comment est-ce arrivé ? Les scientifiques classiques n’ont pas une bonne réponse à cette question, mais certains de leurs collègues plus aventureux en ont peut-être une. Paola Zizzi, physicienne italienne, a développé une théorie appelée le « Big Wow », qui propose que nous ne sommes pas le résultat d’un processus matériel fortuit, mais de quelque chose qui était plus comme une « pensée ».  Cette théorie envisage un « champ de conscience intelligente » qui créa l’ « idée » de notre univers… « Idée » qui fut imprégnée de l’information lui ayant permi de prendre une forme physique.
 

 
Ce « champ » est très similaire à la notion d’ « unité » dont ont parlé des sages et mystiques tout au long de l’histoire et dont la science de pointe est maintenant en train d’étudier le fonctionnement. Ce qu’ils ont découvert jusqu’à présent donne à penser que nous sommes tous connectés à tout le reste de l’univers par le biais de ce champ de conscience. Cela signifie que ce qui affecte une chose affecte également tout le reste… Ce qui vous affecte m’affecte également. Les implications de ces découvertes sont énormes, car ils ouvrent notre esprit à de nouvelles manières de penser et d’être. Savoir que nous sommes tous reliés entre nous, réveille notre vraie nature de compassion et de coopération.
 
Comprendre que nous ne faisons qu’un avec la même source de l’univers nous fait prendre conscience que nous faisons partie d’un processus créatif étonnant et infini. Embrasser ce rôle de co-créateurs nous permet d’écrire une nouvelle histoire de l’humanité… Une histoire qui peut nous conduire à « ce monde plus beau que nos cœurs savent possible »… À un nouveau départ…•