EDITION: Juin - Août 2013

Réclamez vos droits sanitaire

Par Lua Gómez Moya
Le Décret - Loi Royal 16/2012, publié le 20 avril 2012 en tant que mesure d’urgence d’austérité pour garantir la pérennité du système de sécurité sociale national et améliorer la qualité et la sécurité de ses prestations, a déclenché une spirale de doutes aussi bien chez les patients que chez les professionnels du secteur, de même qu’il a entraîné bien des violations de règlements, attribuables à l’absence d’informations sur l’application dudit décret-loi. Les personnes qui se sont ainsi retrouvées privées de carte d’assurance maladie, ayant perdu le droit à la gratuité des soins dans notre pays, se retrouvent dans une situation insoutenable.

Selon ce nouveau décret, toute personne présentant une maladie et privée de la carte d’assurance maladie, ne peut être soignée que dans les services d’urgence. Il existe des exceptions à l’application de ce critère général, permettant de faciliter à certains, la même assistance que les personnes ayant la nationalité espagnole : mineurs, femmes enceintes ou personnes souffrant de maladies transmissibles ou mentales, indépendamment de leur statut administratif ou d’un emploi.

Dans bon nombre de nos hôpitaux, existe un fonds de désinformation aussi bien social qu’administratif provoquant continuellement de nombreux incidents que l’on pourrait qualifier de graves. Dans la pratique, quiconque ne présentant pas sa carte d’assistance sanitaire en vigueur se voit obligé de signer un engagement de paiement, sans que le patient ait été auparavant évalué par le personnel facultatif, qui pourtant est le seul professionnel apte à donner son dernier mot sur le degré d’urgence et les besoins de soins dudit patient. Il convient d’ajouter que les exceptions mentionnées par ce décret ne sont souvent pas appliquées, et ainsi l’on peut se retrouver avec des factures de soins établies à des enfants, à des femmes enceintes ou à des personnes atteintes de maladies infectieuses ou contagieuses.

Suite à cette réforme de la sécurité sociale, en vigueur depuis le 1er septembre 2012, se sont constitués des groupes de bénévoles offrant un soutien sanitaire par le biais de médecins du monde qui, en collaboration avec les différentes plates-formes et associations dans différentes communautés autonomes, offrent conseils et informations sur le changement de ces droits causant tant de doutes dans la population, abandonnant de nombreux collectifs de toute notre société et leur portant ainsi un préjudice certain.


Toutes les communautés autonomes ne respectent d’ailleurs pas les mêmes règles : le pays Basque, la Catalogne et l’Aragon, refusent d’appliquer ce décret, affirmant qu’il ne justifie pas une épargne dans la dépense. En revanche, les îles Baléares, Madrid, Valence, la Castille et la Manche sont les plus restrictifs dans l’administration de ces droits à la sécurité sociale.

À Ibiza, s’est créé le GASEF : « Grup Acompanyament Sanitari Eivissa i Formentera », groupe de soutien sanitaire, à but non lucratif, dédié exclusivement à répondre à toutes les personnes touchées par le nouveau décret 16/2012. « Nous sommes préoccupés par la défense de nos droits dans le système de santé publique, et essayons d’éviter un mauvais usage abusif de la part de l’administration en informant et aidant à résoudre toute incidence juridique touchant  la sécurité sociale… »
Le premier service qu’offre le GASEF, et qui revêt une importance vitale, est celui d’informer et de diffuser toutes les étapes à suivre par une personne qui s’est vue privée des droits aux soins médicaux, afin d’obtenir quand même des soins efficaces. Pour ce faire, ils disposent d’une plateforme de communication qui favorise l’approche de l’information et les actions devant être entreprises dans chaque cas, par le biais d’Internet, des centres de téléphonies, supermarchés, restaurants et tout établissement où peuvent être touchées les personnes les plus vulnérables et qui sont donc les foyers les plus actifs. Ils agissent également, bien sûr, dans les hôpitaux et les centres de santé.
Si vous avez besoin de conseils et d’aide, appelez le GASEF au nº: 727 717 550, ou écrivez-les sur Facebook, ou par email à ibiza@medicosdelmundo.org ; il vous aidera à résoudre tout doute et revendiquer vos droits en matière de santé publique… Ce groupe de personnes est volontaire et collabore avec le personnel, médical, juridique, social, etc., fournissant les informations nécessaires pour protéger nos droits.


L’organisation des Nations Unies conseille à l’Espagne de revoir ces mesures disproportionnées qui nuisent aux groupes les plus vulnérables, et encourage l’État espagnol à adopter un nouveau programme national d’assistance globale sur la pauvreté. En outre, il demande à l’État d’assurer l’accès aux services de santé de tous les résidents du pays quel que soit leur statut juridique en accord avec le principe universel de prestations sanitaires.

Cette situation commence à affecter une grande partie de la population et doit être traitée avec soin et responsabilité. L’information est essentielle pour qu’une solution soit trouvée.