EDITION: Février - Avril 2013

Le marché soutenable

Par Lua Gómez Moya
La crise mondiale est à la source d’un déséquilibre dans le système économique, mais aussi des changements et des opportunités. Si nous faisons un bilan des aspects positifs bien ancrés maintenant dans notre paysage social, nous pouvons observer une réconciliation avec d’anciens modèles de marchés, simples et pratiques, basés sur la Loi de l’offre et la demande, marchés soutenables et écologiques, n’utilisant aucune monnaie d’échange.

Le troc a été la première forme d’échanges entre les hommes et consistait en un échange de produits : Une chose possédée par une personne qui n’en avait pas besoin était échangée par autre chose qu’une personne possédait sans en avoir besoin non plus. Cet échange simple de besoins fut maintenu pendant une longue période, jusqu’au moment où l’homme voulut donner une valeur exacte à chaque produit, l’histoire cédant ainsi  la place à la monnaie et au système commercial que nous connaissons.

La rareté de l’emploi limite notre pouvoir d’achat mais augmente notre créativité, aiguise l’instinct de survie et nous ouvre à un monde de possibilités. C’est ainsi que nous revenons à ce système alternatif de commerce qui s’étend progressivement dans le monde entier et dans différents domaines.

« Je t’échange un kilo de tomates contre un kilo de pomme de terre » aurait dit un agriculteur à l’autre, autrefois. Aujourd’hui, cela est de nouveau d’actualité. Il est de plus en plus fréquent de trouver des personnes qui cultivent leurs propres légumes et qui échangent leurs produits contre d’autres par ce simple négoce de mots.

De même que sur le plan domestique, la stratégie du troc est un outil pour les grandes entreprises. L’idée est née aux États-Unis dans les années 80 lorsque quelques grandes entreprises telles que Gillette, Texaco, Time Warner et Philip Morris commencèrent à utiliser le troc comme une formule commerciale, échangeant de la publicité ou des excédents de production, faisant des  transactions d’une valeur millionnaire sans qu’intervienne la monnaie. Aujourd’hui, pour beaucoup, cette forme de négociation peut être une solution si elle ne l’est pas déjà.


Par ailleurs, existent aussi les Banques de Temps, fonctionnant comme un dépôt de compétences et de services où  les comptes courants sont mesurés en temps propre. Le système est simple : les utilisateurs partagent une plate-forme grâce à leurs connaissances et expériences, en les offrant aux autres en échange de temps. Ensuite, ce temps, sous la forme de crédits, est à son tour échangé contre une activité ou un service nécessaire parmi ceux offerts. En Espagne, il existe déjà plusieurs banques de temps, et même une aux îles Baléares, créée dans le but de promouvoir la solidarité, co-financée par le Fonds Social Européen et promue par l’Association des Baléares pour la Qualité de Vie. Nous pouvons avoir plus d’informations sur :
http://bdtmercadoecologico.blogspot.com.es
http://www.circulomaterno.org/p/banco-de-tiempo.html
Et a travers du « Casal de Dones » d’Ibiza :
Tel./Fax: 971 318 821
casal.dones@eivissa.es
bancdeltempseivissa@gmail.com

Internet nous offre le libre contact avec les particuliers et les entreprises qui souhaitent échanger des biens ou des services. Dans les pages web tels que :
www.quierocambiarlo.com
www.truequear.com
www.truequeweb.com
www.trueques.com
nous pouvons trouver des plates-formes de plus de 4.000 utilisateurs qui prennent part au marché d’occasion et qui rendent possible la réutilisation des produits excédentaires dont d’autres peuvent profiter. Mais les possibilités de ce marché qui se développe vont encore plus loin : Le troc dans le domaine de l’immobilier, « ta maison contre la mienne ».

La difficulté actuelle de vendre une propriété nous conduit à nous réinventer dans ce sens également. Les échanges immobiliers ou échanges de logement permettent de procéder à la vente d’une propriété et d’en acheter une autre en même temps, en évitant les deux processus d’achat / vente, simplifiant ainsi les procédures en qualité de temps et d’argent.

Imaginons qu’il y a quelques années, nous ayons acheté une maison dans certaines circonstances et, que maintenant, pour des raisons personnelles, nous ne puissions pas faire face à l’emprunt. En permutant ce logement, avec évaluation préalable, pour un autre plus modeste, le problème serait résolu par le biais d’une voie alternative en croissance, tant à un niveau d’intérêt public que sur les offres de propriété permutables. Vous devez changer de ville et mettre votre maison en vente puis en acquérir une autre sur le lieu de votre nouvelle destination ? Pourquoi ne pas chercher si une personne est dans la même situation que vous, mais à l’inverse ? Et pourquoi ne pas utilisez votre propriété comme moyen de paiement pour acquérir celle qui s’adapte le plus à vos besoins ?

Nous avons une grande variété de possibilités concernant les échanges immobiliers sur des pages telles que :
www.sepermuta.es, www.loquo.com, www.idealista.com ou  
www.teapetecemicasa.com, où les panneaux « à vendre » sont enlevés des logements pour accrocher ceux de « à échanger ».

Pour ceux qui n’ont pas l’intention de vendre leurs biens, mais qui aiment se sentir chez eux lorsqu’ils voyagent, il existe des échanges de maison de vacances. Dans ce cas, l’échange de maisons s’effectue pour un temps convenu entre les deux parties. Il s’agit d’une alternative intéressante pour les voyageurs qui veulent vivre leur voyage avec les yeux d’un natif. Ils peuvent ainsi s’intégrer sur place, sans avoir à subir le côté touristique et agir dans cet environnement comme un voisin de plus, en entrant en contact direct avec les alentours. Comme le disent ceux qui ont déjà essayé cette alternative, « c’est un voyage plus réel ».


Une famille qui vit à Madrid et veut connaître New York, n’a peut-être pas la possibilité de se permettre les vols et l’hébergement si facilement. Mais il est possible que quelqu’un à New York décide de se rendre à Madrid et les deux parties peuvent ainsi éviter les dépenses que signifie  l’hébergement dans un hôtel, obtenant de plus l’avantage de se sentir partie de l’endroit qu’ils vont connaître. Les expériences de nombreux adeptes de ce type d’hébergements de vacances, sont très positives. Certains ont construit de solides liens d’amitié par l’intermédiaire de ces échanges, puisqu’il s’agit là d’un acte de confiance et de coopération. L’idée est d’origine anglo-saxonne et en Espagne, nous découvrons déjà ses avantages. Vous pouvez trouver plus d’informations sur :
www.intercambiocasas.com
www.homeexchange.com
www.homeforhome.com   
www.spainlink.net

Le troc est de retour pour nous montrer que tout ne dépend pas de l’argent. C’est un mode de vie qui nous rapproche les uns des autres, nous ouvre à de nouvelles expériences, nous aide à nous ouvrir à l’échange. Car la vie est un éternel échange. •