EDITION: Décembre - Février 2013

Teatro Pereyra - Maintenir en vie la flamme de la Musique en Direct

Texto: Cat Weisweiller
















Rien de mieux qu’une promenade dans la ville d’Ibiza pour apprécier les charmes culturels et architectoniques merveilleusement méditerranéens qu’offre l’île. Par exemple, le Théatre Pereyra est un édifice caractéristique de la fin du XIX ème siècle. Construit en 1898, tout près de l’angle de Vara de Rey, cet établissement légendaire conserve encore de nombreux détails originaux, dont ses murs en pierre de marés (pierre calcaire), comme ceux de la muraille de la ville.

 

A l’origine le Théatre marquait le km. 0 de la route de Sant Joan et fut appelé ainsi en honneur d’un architecte portugais de l’époque. Face à ce bâtiment se trouvait le très animé marché principal de l’île qui était un point de rencontre de tout le monde. Remarquablement, il fut le premier établissement social qui ouvrit ses portes en-dehors des murailles de la ville. Bien que depuis le début des années 80 il n’y eut plus de représentations théatrales, cela fait plus d’un siècle qu’il conserve une solide réputation pour sa chaleureuse hospitalité aussi bien envers les résidents que les visiteurs. Et d’autant plus quand le couple hollandais formé par Eric-Jan Harmsen et Kees ter Bruggen devinrent fous amoureux du Théatre en 1987, investissant toutes leurs économies dans le loyer et les travaux.







Eric-Jan et Kees se sont rencontrés pour la première fois dans un piano-bar de Hollande où Eric-Jan était en train de jouer. Dès ce moment, Kees (actrice connue et danseuse) et Eric-Jan (pianiste classique et compositeur de la bande sonore de « The Bluffers ») devinrent inséparables. Après plusieurs voyages de vacances à Ibiza, et après l’arrivée de deux enfants, ils vinrent s’installer définitivement en 1985. Cependant, ils se rendirent vite compte que les contrats rémunérés dans le monde de la musique, surtout dans la composition, la danse ou le spectacle étaient rares et trop espacés. C’est ainsi que le modeste et traditionnel local au coeur de la ville devint pour eux un objet de passion. En y voyant une opportunité pour Kees de mettre à profit ses talents d’hôtesse, et pour Eric-Jan de pouvoir jouer souvent et s’entourer de musiciens, l’idée d’un café nocturne avec musique en direct en abondance devint leur ambition. Bien que ce rêve exigeait de prendre un énorme risque économique personnel, et que cela coincidait avec la proche naissance de leur troisième enfant, ils persistèrent – rénovant énergiquement le local et l’ouvrant orgueillesement le 08.08.88.






Leur ténacité et leur détermination donnèrent des résultats. Avec la croissante réputation de l’île pour ses discothèques et la musique house, vint aussi l’envie d’un endroit où pouvoir écouter de la bonne musique en direct – surtout un endroit qui a ses portes ouvertes de 8 am à 4 am, tous les jours de la semaine en été, et 6 jours de la semaine en hiver. Jusqu’à maintenant, en été ils offrent de la musique funk, blues et soul, et en hiver ils prennent un ton plus chaud avec de la musique cubaine et latine. Malgré d’être le seul endroit à offrir une telle concentration de musique en direct, il n’y a pas d’entrée payante ni le besoin de portier imposant. Les propriétaires maintiennent l’idée de ne pas avoir de tables VIP ni de zones réservées. Son charme discret et à la fois cosmopolite – qui fait penser à un club de jazz privé – a attiré une bonne liste d’interprètes au cours des années, ainsi que des chanteurs comme Kim Mazelle, Barbara Tucker, Muriel Fowler, Thijs van Leer et Amanda Brown (finaliste du programme « La Voz » aux USA); et le célèbre et décédé pianiste de jazz Tete Montoliu. Dans le sillage de ces artistes il y a également une liste impressionnante de gens heureux d’entendre de la musique parmi le public, comme Jeremy Irons, Bon Jovi ou le roi Juan Carlos.

 

Bien qu’ils continuent d’y aller régulièrement, Kees et Eric-Jan passèrent les rênes de la gestion quotidienne à leur fils Juan Guillermo (Juangui) en 2004, donnant à Kees plus de liberté pour se concentrer sur la peinture et la sculpture, passions dont elle prend plaisir depuis la fin des années 90. Ses brillants travaux – que l’on peut voir au Théatre Pereyra et dans son atelier sur la route de Sant Josep – ont été récemment exposés à Amsterdam mais aussi au Centre Culturel d’Ibiza, au Consell Insular et au Centro de Convenciones de Santa Eulalia. Pendant ce temps, Eric-Jan s’est occupé à produire et jouer deux albums : « Live en el Teatro Pereyra » (avec la participation Dave Jeffs – connu comme Blues Dave – et Eric-Jan en 2008) et « 52:52 of Musical Poetry » ( avec le saxophoniste cubain Rafael Garcés et Eric-Jan en 2011). Il continue à jouer souvent au Théatre Pereyra.
 


 

Peu de fans de la musique doutent de qui cherche un refuge des rythmes plus dures des discothèques trouve au Théatre Pereyra la flamme la plus brillante dans l’île de la musique en direct, justifiant sans doute l’engagement infatigable de Kees et Eric-Jan dans cette cause : « Au cours de ces années nous avons fondé, nourri, pris soin et mis tout notre coeur et notre âme dans cet endroit, qui est comme un enfant de plus pour nous ». De même, Juangui, qui a hérité d’une parfaite combinaison des qualités et des charmes de sa mère avec la ténacité et le charisme de son père, a grandi dans ce bar, partageant ainsi le même enthousiasme : « Je vis et je respire le Théatre Pereyra. C’est émouvant de faire partie d’un endroit où l’on peut voir des gens de tous les âges et toutes les conditions se rencontrer, bavarder, boire et échanger des expériences et des idées, créer des relations, et prendre plaisir à écouter de la musique de qualité en direct et être si près des musiciens. A ne pas trouver d’obstacles ni socials ni à la porte, et étant ouvert 20 heures par jour, c’est un endroit où l’on peut être témoins journellement de la magie effrénée de la musique...» •