EDITION: Juin - Août 2012

Décorez votre maison de l’interieur vers l’exterieur

Texte: Cat Weisweiller - Photos d'interieur: Conrad White



Résident sur Ibiza depuis 35 ans, Laila Van Deurs s’est consacrée à la décoration d’intérieurs depuis le milieu des années 80, après avoir étudié  une formation de création de mode. « J’adore les tissus et donc, le fait de passer de l’habillement des personnes à l’habillement de maisons complètes a donc été une progression naturelle. » IbiCASA a décidé d’aller visiter ce qu’a été sa salle d’expositions depuis l’année 2000, ‘Il Giardinetto Casa’, pour se forger quelques idées sur l’intérieurisme.
 
Fruit de tant d’années de sélection textile soigneuse et affinée, son espace est comme une grotte d’Ali Baba de toiles et de créations, y compris Designers Guild, Andrew Martin, Pierre Frey, Ybarra &  Serret et Malabar. Les prix s’étendent entre 20 € et 400 € le mètre. Une question s’impose: par où commencer ? Comme avec tant d’autres choses, plus l’investissement initial est important, plus la durée du produit est garantie à long terme, le prix étant directement proportionnel à la qualité. « Quand on choisit des textiles pour la maison, il faut tenir compte de nombreux facteurs. Par exemple, s’agit-il d’une propriété à louer ? Dans un tel cas, la durabilité et la facilité de lavage sont des facteurs clef. Par contre, s’il s’agit d’un plaisir personnel, un plus grand investissement dans un design plus salubre est un luxe qui a sa justification. »
 
« L’intérieurisme passe par des cycles, comme la création. Souvent les couleurs et les patrons qui dominent la création du moment seront reflétés dans la décoration d’intérieurs. Par exemple, les impressions de fleurs sont à nouveau à la mode, de même que les coloris. L’environnement extérieur affecte toujours la décoration intérieure. Ainsi, à Ibiza, le look urbain n’est  plus à la mode – beaucoup préfèrent maintenant le look marin  avec des bois peints en blanc et le linge de maison blanc avec des bandes bleues et rouges. »
 
Laila adore aussi « redonner vie » à de vieux meubles à travers l’art décoratif et les techniques de peinture spécialisées. « Nombreux sont ceux qui ont hérité de propriétés ayant besoin d’une mise à jour – les illuminer, les rafraîchir – mais ils voudront souvent garder certains objets de valeur sentimentale. Un travail imaginatif sur ces objets leur redonne vie et mélodie. »
 
Laila, souvent sollicitée comme consultant de conception, capte l’importance de chaque choix que prend le ou la propriétaire d’une maison, même des détails comme les fenêtres. « Il est facile de sous-estimer l’importance par exemple des rideaux – de longues toiles simples froissées, sans être surchargées  ajoutent une profondeur infinie et par conséquent donnent une sensation d’espace à une pièce – en apportant cette touche additionnelle de magie et d’opulence. »
 
Son conseil ? Toute conception devrait suivre un principe bien simple : « Dans chaque maison, il devrait y avoir un fil conducteur quant au style – depuis les plans architectoniques originaux jusqu’aux derniers détails du linge de maison. Tous les aspects de la conception devraient refléter la personnalité de chaque habitant, leur style de vie et leurs besoins, et faire qu’ils se sentent bien. Si ce but est obtenu, les gens aiment tant leur maison qu’ils n’éprouvent plus le besoin d’en sortir… »
 
De l’autre côté de la rue, vous trouverez le partenaire décorateur d’Il Giardinetto Maison : Toldos Santa Eulalia’, dirigé par Nicolai Floccari et spécialisé depuis 1991 dans les conceptions extérieures pour protéger de la pluie, du soleil et du vent. Nicolai dirige l’affaire depuis le décès il y a quatre ans, de son géniteur légendaire, Luciano. Puisque depuis ses 18 ans, il avait passé de nombreuses années avec lui à apprendre le métier, Nicolai l’a donc repris, armé du même enthousiasme et de la même expérience dans le secteur que son père.
 
« Quant à la  conception d’extérieurs, il existe l’idée erronée que les vélums et les voiles ne servent que pour les restaurants et d’autres commerces. Les gens sont généralement surpris d’apprendre que nos clients sont, en un 80%, des particuliers et que seulement 20% sont des entreprises. » Cette statistique illustre combien les choses ont changé ces  dernières années, avec un accès à des conceptions d’extérieurs de plus en plus sophistiquées, y compris des auvents électroniques avec des capteurs de soleil/vent/pluie incorporées, illumination et même musique. Sans parler des concepts de créations superposées élaborées qui offrent efficacité maximale et impact visuel. Cette technologie de création résistante à la climatologie ne se limite pas aux vélums, mais aussi aux  garages, tipis, tentes de Rajastán, clôtures escamotables, chambres additionnelles, systèmes d’ombrages automatiques pour fenêtres, pergolas avec plafond…
 
Il suffit de dire que la liste de ce qui est qui est disponible de nos jours est infinie, tout comme les matériaux – depuis la toile d’antan  jusqu’à un PVC micro perforé imperméable pouvant respirer, offrant davantage de luminosité et  facile à laver, ce qui est spécialement intéressant ici à Ibiza, où nous luttons constamment contre le pollen des pins et la pluie argileuse.


Nicolai, me montrant une image de l’installation d’un des plus grands parasols d’Ibiza, explique avec fierté : « Il mesure 216 m2 et n’est soutenu que par quatre piliers. » Quand je l’interroge sur l’importance de cette donnée, il m’explique que la qualité esthétique et la discrétion des créations protectrices sont aussi importantes que leur fonctionnalité. Il semble que les installations nous permettant de  vivre à l’extérieur se transforment d’une certaine manière en une forme d’art appréciée et  a ainsi gagné sa place sur les plans de création de toute future maison. •