EDITION: Avril - juin 2012

VOLUMES SOUS LE SOLEIL

Texto: Ingrid Montañes Benard
c‘est une recherche de l‘essentiel. Ainsi, les ornements sont considérés superflus, et l‘on préfère mettre en valeur la beauté des matériaux, de la lumière et des formes géométriques dans leur plus simple expression.

Le Corbusier fut influencé lors de ses nombreux voyages, entre autres en Algérie et à Mallorque. Ces influences méditerranéennes restent présentes dans ses oeuvres, comme, par exemple, dans la Villa Savoya, de 1929. La couleur blanche omniprésente, les volumes simples et le dépouillement d‘ornements, la toiture plate, sont des exemples évidents de comment l‘architecte s‘est imprégné de l‘architecture traditionnelle méditerranéenne. Il découvrit l‘architecture ibicenca par les écrits et les esquisses de ses collaborateurs, parmi lesquels Josep Lluis Sert. Cet architecte catalan fut profondément influencé par l‘architecture d‘Ibiza, y laissant ses empreintes dans la construction d‘un ensemble de maisons dans lesquelles on peut observer le fondement de son style : le blanc comme couleur prédominante, les lignes droites et un purisme géométrique.
Ibiza possède un important et varié patrimoine architectonique, résultat des différentes cultures qui l‘ont colonisée au fil des temps. La maison ibicenca se caractérise par de gros murs quadrangulaires et des toitures plates soutenues par des poutres en bois. Ce type de construction vient d‘une longue tradition qui remonte à l‘ère néolithique du Moyen Orient. Il se développa à Babylone, en Phénicie, pour se répandre ensuite sur la côte méridionale de la Méditerranée. La couleur blanche caractéristique des maisons est approprié au climat chaud de l‘île. Effectivement, le blanc reflète 90 % des rayons du soleil, laissant la maison fraîche à l‘intérieur. Bien que cela semble incroyable, en plus d‘être belles, les maisons ibicencas étaient déjà bio-climatiques !

Ces maisons centenaires ont été une source d‘inspiration pour d‘autres grands architectes, comme Walter Gropius et Erwin Broner, qui s‘étonnèrent de la modernité de cette architecture traditionnelle. Ce dernier, peintre et architecte allemand, s‘installa définitivement dans l‘île en 1959. Dans ses oeuvres, comme une maison à Sa Penya et une autre à Santa Gertrudis, il sut combiner l‘architecture traditionnelle à des éléments plus modernes. Plus récemment l‘on peut citer Carlos Ferrater. Cet architecte barcelonais dirige son objectif sur l‘architecture traditionnelle dans des oeuvres comme la maison Tagomago, de 2001.
Des architectes, comme ceux précédemment cités, surent voir et apprécier la beauté d‘une architecture qui correspond aux nécessités humaines, en rapport constant avec la nature; une architecture dont la splendeur émane d‘une recherche de l‘essentiel. C‘est fascinant de se rendre compte que, 600 ans plus tard, l‘architecture continue à être en harmonie avec le monde qui l‘entoure. C‘est ce que l‘on fait avec l‘architecture minimaliste, chercher l‘essentiel dans le fond et la forme pour créer un espace propre dans lequel chaque mur compte, pour créer des volumes sous le soleil.