EDITION: Décembre - Février 2012

CO-CRÉEZ VOTRE SANTÉ. Au dela du mythe de l’adn

Texto: Jerry Brownstein












Depuis que Crick et Watson découvrirent la molécule de l’ADN en 1953, la science conventionnelle s’est centrée sur l’idée que tout ce qui arrive dans nos vies physiques est contrôlé par nos gènes. Selon cette théorie de déterminisme génétique, si vous portez le gène d’une certaine maladie ou condition, il est alors fortement probable que vous la développiez à un certain moment de votre vie. Mais, et si la vérité était toute autre ? Et s’il pouvait être démontré qu’en réalité nous avons le pouvoir d’influencer les actions de nos gènes ? Voici donc les découvertes d’une science relativement nouvelle, l’épigénétique, qui signifie, en fait, « au-dessus de la génétique ». Chaque fois plus, il est démontré que la manière par laquelle nos gènes s’expriment dans nos corps n’est pas prédéterminée par notre ADN, mais qu’elle se contrôle et se modifie selon nos choix sur notre style de vie et selon notre perception du monde qui nous entoure.
 


Chaque cellule du corps a exactement le même ADN dans son noyau, mais les gènes de cet ADN ne peuvent rien faire par eux-mêmes – ils ne sont rien d’autre que les plans ou les patrons servant à créer des changements dans ce corps. C’est l’environnement qui entoure les cellules, qui active et contrôle ces patrons des gènes, donc si vous changez l’environnement, vous pouvez changer la façon de fonctionner de  votre corps. Une manière importante de contrôler cet environnement est de manger sainement et d’éviter les toxines. Quand ceci est fait, un signal chimique est envoyé à l’ADN, lui signifiant de choisir les patrons génétiques qui promeuvent la santé et le bien-être. Donc modifier votre régime et votre style de vie pourrait aider à gérer les agissements de vos gènes, mais la plus grande influence sur le comportement des gènes vient peut-être de la manière dont vous percevez le monde à votre alentour.
 
Souvenez vous, c’est l’environnement entourant les cellules qui choisit les gènes qui seront activés. Le cerveau envoie des substances chimiques au sang pour influencer cet environnement (hormones, peptides, etc.), mais c’est la perception qui indique au cerveau quel type de substances chimiques il doit libérer. Quand des émotions positives comme joie, gratitude et amour sont perçues, le cerveau reçoit l’ordre d’inonder le système avec des endorphines et autres composants chimiques bénéfiques. « Ces hormones heureuses » voyagent à travers le sang vers toutes les cellules, donnant l’ordre à l’ADN d’activer les gènes qui fortifient le système immunitaire et maintiennent en bonne santé. Par contre, quand la perception reflète stress ou peur, le cerveau libère des substances chimiques de « lutte » ou « fuite », comme le cortisol et l’adrénaline. Ces composants chimiques ordonnent à l’ADN de choisir des gènes qui fassent se refermer le corps et ils le préparent pour le danger. Ceci affaiblit le système immunitaire et provoque un effet nuisible sur les cellules, entraînant des problèmes physiques et des maladies. Le Dr. Bruce Lipton, un des plus grands experts en épigénétique, l’explique ainsi :
 


 
Par conséquent, les perceptions créent une grande partie de l’environnement chimique qui active les gènes, mais le sujet n’en finit pas là. Les dernières recherches montrent que nos perceptions créent aussi une énergie de vibrations qui joue un rôle sur le contrôle de notre ADN. Chaque émotion ressentie envoie des vibrations dans tout le corps, et ces vibrations affectent les gènes qui seront activés. Les émotions liées au stress et la peur activent des gènes qui entraînent la maladie, tandis que celles qui sont associées au  bonheur et à la paix promeuvent la bonne santé. Une fois de plus, il s’agit de la perception, reflétée dans les émotions, qui crée les vibrations qui affectent le comportement des gènes.
 
Il existe des indices intéressants du fonctionnement dérivant d’études scientifiques qui ont montré qu’en fait, notre ADN change en fonction de comment nous nous sentons. Quand nous ressentons des émotions positives comme amour, paix et compassion, notre ADN répond en se relaxant et en déroulant ses deux filaments, ce qui fortifie notre système immunitaire. Toutefois, si le ressenti est négatif comme la peur, l’ennui ou la haine, notre ADN se contracte et se tend, affaiblissant ainsi notre système immunitaire. Ce qui est réellement hallucinant, c’est que ces effets se produisent même quand l’ADN est séparé du corps. Dans ces expériences, on a pris des échantillons d’ADN de sujets sous essai et ils ont été emportés ailleurs, à des kilomètres de distance. Les sujets ont été exposés à des stimulants émotionnels, et leur ADN (éloigné) a réagi de manière instantanée, en s’ouvrant quand les émotions furent positives et en se contractant quand elles furent négatives. Ces vibrations créées par les émotions sont tellement puissantes et sont tellement reliées avec l’ADN qu’elles le font réagir même en étant séparé du corps par une grande distance. Pensez-y la prochaine fois que vous vous fâcherez !
 

 
Pendant 50 années on nous a amené à penser que nous étions de simples victimes impuissantes et que nous devons accepter sans riposter les cartes génétiques qui nous avaient été accordées, mais ces jours sont révolus. Le simple fait d’avoir un gène en rapport avec une maladie ou une condition ne signifie pas que nous allions souffrir ce destin, puisque les gènes ne peuvent entamer eux-mêmes les changements dans nos corps. L’épigénétique, en nous faisant découvrir que nos pensées et sentiments, coloriés par nos perceptions, ont une grande influence sur les gènes qui seront activés, nous rend plus puissants. Cela signifie que nous sommes les co-créateurs de notre propre santé, avec le pouvoir de changer le comportement de nos gènes en transformant simplement nos perceptions. Chaque moment nous présente l’occasion de prendre des décisions conscientes pouvant donner une forme à notre réalité physique, et quand nous choisissons de remplir nos pensées et nos sentiments par des émotions positives, nos corps réagissent avec une santé vibrante et vitalité.