EDITION: Octobre - Décembre 2011

TRANSE DANSE
















La Transe Danse Shamanic est une méthode ancestrale utilisée par des cultures indigènes comme les aborigènes australiens ou les ” bosquimanos ” du Kalahari depuis des dizaines de milliers d’années. Pendant les 30 dernières années, l’Occident a montré un intérêt croissant pour la Transe Danse. Des professeurs de  danse, psychologues et thérapeutes développent des possibilités d’intégrer cette pratique dans la vie moderne.
 
L’objectif souhaité de la Transe Danse est d’atteindre ” l’État de conscience shamanic ” (ECS), un état qui fait que les participants s’ouvrent à tout un monde intérieur de visions et autres formes d’informations sensorielles  totalement différentes de nos expériences quotidiennes. Pour cette danse, on commence par bander les yeux des participants qui, au rythme de tambours très particuliers, sont stimulés par un changement dans leurs ondes cérébrales, et qui les aide à entrer dans l’état de conscience shamanic.
 
Wilbert Alix, fondateur du mouvement contemporain de la Transe Danse, le décrit en peu de mots : « Imaginez une obscurité si intense et complète que vous arrivez à voir avec le coeur au lieu des yeux. »
 
Le ECS s’éloigne beaucoup d’un ” État Ordinaire de Conscience ” (EOC). Notre état habituel suppose des pensées incessantes et des problèmes difficiles à résoudre  pour l’esprit uniquement rationnel. Le ECS est un espace dans lequel l’esprit se ralentit et la fréquence des pensées diminue. Ceci nous offre la possibilité d’une plus grande sagesse et une facilité à trouver les solutions aux nombreux problèmes de la vie. L’intention que nous apportons à la Transe Danse est directement proportionnelle aux bénéfices que nous obtenons de l’expérience. Des solutions surprenantes peuvent apparaître sur l’état de nos relations, les thèmes de travail, etc.
 
Wilbert Alix affirme que : « Les shamanes ressentent comment leur corps entier est un organe intelligent. En stimulant le corps et l’esprit de manière simultanée, les shamanes voyagent à des réalités parallèles dans lesquelles il est possible de résoudre des problèmes qui paraissent insurmontables. »
 
Il est certain est que résoudre des problèmes insurmontables est un des admirables effets positifs de la Transe Danse, mais il existe d’autres motifs importants pour passer son temps dans cet état ECS. Dans notre état habituel, nous tendons à nous sentir déjà séparés des “ autres “, qu’ils soient autres personnes ou autres modes de vie… ou la Terre elle-même !





Quand la Transe Danse nous mène à l’état shamanic de conscience, nous cessons de nous sentir séparés des autres. Nous entrons dans une danse en unité avec le tout. De plus, nous commençons à nous rendre compte que tout a un esprit, une voix, un coeur et des sentiments. Il ne s’agit pas d’une simple croyance. Dans l’état ECS ceci se transforme en une expérience ressentie.
 
Michael Harner, auteur de ” Way of the Shaman States ” (Le chemin des états shamaniques), dit :
« L’état shamanic de conscience implique un respect profond de tous les modes de vie, avec une conscience humble de notre dépendance des plantes, les animaux et y compris la matière non organique de notre planète. Le Shaman sait que les hommes sont apparentés avec tous les formes de vie, qui sont tous ‘ notre famille ‘. »
 
Nous sommes en un point de flexion dans notre évolution comme espèce. Nous pouvons ou bien voyager de plus en plus loin dans le monde de nos inventions, de nos technologies et nos pensées égocentriques, en vivant un rêve qui est séparé du rêve de la Terre, ou nous pouvons choisir de renouer de manière consciente avec la Terre et sa multitude d’habitants, et de travailler vers un mode de vie qui l’honore, elle et la divinité de toute la vie.
 
« Tandis que j’étais là debout, j’ai vu plus que ce que je pourrais raconter et j’ai compris plus que ce que j’ai vu. Car je voyais  de manière sacrée les formes de toutes les choses dans l’essence, et la manière de toutes les manières telles qu’elles doivent vivre ensemble, comme un seul être… Et j’ai vu que c’était sacré. » (Black Elk, Shaman des Sioux) •