EDITION: Juin - Août 2011

L’IMPULSION ÉVOLUTIVE

Texto: Jerry Brownstein












Tout au long de l’histoire de l’Humanité, nous nous sommes sentis fascinés par trois questions éternelles: Qui som-mes-nous ? … D’où venons-nous ? … Quel est l’objectif de notre vie ? La réponse à ces questions forme la base de notre vision de nous même dans le monde, et détermine aussi le type de sociétés que nous créons. Pendant les 150 dernières années, la science s’est basée sur la théorie de l’évolution de Charles Darwin pour répondre à ces questions vitales, et le résultat en est que presque tous les aspects de notre culture occidentale reflètent cette vision du monde. Mais, et si Darwin s’était trompé ? Et si les fondations de nos structures économiques, écologiques, politiques et sociales se basaient sur des fausses prémisses ? Serait-il possible que la véritable impulsion évolutive de la Nature soit tout à fait contraire à la théorie de Darwin ?






La vision prédominante de Darwin affirme que nous sommes le résultat d’un processus évolutif arbitraire qui nous motive à chercher la survie de l’individu à tout prix. La vie elle-même est supposée surgir de manière spontanée du monde matériel inerte, et les êtres humains auraient évolué à travers des mutations génétiques aléatoires.


En accord avec cette théorie, une créature chanceuse aurait, de temps à autre, éprouvé une mutation génétique accidentelle qui aurait créé une caractéristique utile à sa survie. Cet individu aurait transmis cette nouvelle caractéristique admirable à ses descendants, et, des millions de générations plus tard, serait devenue partie de l’espèce humaine.


On nous enseigne que ce processus de causalité accidentel est responsable de toutes les caractéristiques utiles que nous possédons. La théorie de Darwin déclare aussi que la compétitivité est le comportement naturel de toutes les espèces, y compris l’homme, et que chacun d’entre nous a été programmé pour se valoir par lui-même dans une lutte constante pour la survie. Donc les réponses darwiniennes aux éternelles questions sont claires : Qui sommes-nous ? – des singes évolués, de la matière physique pure. D’où venons-nous ? – Nous sommes l’heureux résultat d’une série de mutations aléatoires accidentelles. Quel est l’objectif de nos vies ? – La survie…


Pendant plus d’un siècle, la science conventionnelle nous a raconté la même histoire : la race humaine est une simple forme complexe de matière physique qui est apparue par hasard, et nous devons combattre les uns contre les autres pour survivre. Ceci a créé une société matérialiste totalement déséquilibrée, basée sur la peur, l’avarice et la pénurie, qui abuse de l’environnement, consomme trop des ressources et crée des conflits constants. Tout cela paraît assez néfaste et décourageant, mais par chance il existe une vision alternative du monde qui indique le chemin vers un futur beaucoup plus brillant et soutenable. Les connaissances scientifiques les plus avancées réaffirment cette idée différente d’impulsion évolutive – qui offre des réponses positives à ces questions éternelles.



Qui sommes-nous et d’où venons-nous ? La science conventionnelle nous a poussé à croire que nous sommes particules de matière insignifiantes et le produit final d’une biologie aléatoire… Des morceaux de protoplasme accidentels incrustés à une grande roche qui vole à toute vitesse dans l’espace… La vérité est très différente, et suggère qu’il y a une intention consciente derrière l’apparition de notre existence. Les dernières recherches nous indiquent qu’il y a environ 200.000 ans, les êtres humains sont apparus tout à coup sur la face de la terre. Ils étaient totalement formés et étaient principalement tels que nous sommes de nos jours - même la taille de leurs cerveaux. De plus en plus d’indices indiquent qu’en ce temps-là, des changements spécifiques dans leur ADN se sont produits, changements qui leur ont accordé beaucoup de nos capacités humaines uniques. Cette transformation radicale des simiens préexistants est arrivée très rapidement, et cela n’a pas pu être le résultat d’une évolution progressive darwinienne. La science ne sait pas encore précisément comment cela a pu arriver, mais les données indiquent que nous sommes beaucoup plus que de simples accidents biologiques.




Quel est le but de nos vies ? Le principe darwinien admis est que la Nature se base sur la “ loi de du plus fort “, ce qui signifie que notre motivation la plus profonde est de nous faire de la concurrence entre nous pour obtenir ce dont nous avons besoin. Cela est le fondement de notre société actuelle, mais si nous l’analysons de plus près, nous verrons que la réalité est totalement opposée.



Tout au long des cinquante dernières années, plus de 400 publications scientifiques contrastées sur la nature ont essayé de répondre à une question simple : “ La compétitivité orientée vers la survie aide-t-elle une espèce à prospérer ? “. La réponse, dans chaque cas, a été un NON catégorique, les résultats du 100% de ces études montrant qu’il est évident que le fait de se battre pour les ressources mène toujours à l’échec. Toute la recherche scientifique à ce sujet conclut unanimement : la meilleure manière qu’une espèce a de survivre et de prospérer dans la Nature est à travers l’aide mutuelle et la coopération.



Cette tendance naturelle vers la totalité et l’harmonie est l’impulsion évolutive qui nous guidera pendant ces temps fondamentaux dans l’histoire de notre planète. Les choses qui sont en train de s’écrouler dans notre société actuelle sont celles qui sont insoutenables, parce qu’elles ont été construites sur de faux raisonnements. Pour que l’espèce humaine prospère, nous devons transcender ces vieilles croyances pour que les choix que nous prenons soient en concordance avec la vérité de notre être. C’est notre sensation d’identité qui déterminera la direction que nous prenons, il est donc important que nous nous connaissions, non comme accidents biologiques mais comme êtres conscients, et à notre tour, comme des aspects individuels d’une conscience unique plus vaste. Notre objectif est clair. C’est d’aller au-delà de la mentalité prédominante de compétitivité et de pénurie, en réveillant  notre véritable nature d’amour, générosité, créativité et coopération. Et, ce faisant, nous effectuerons le véritable chemin évolutif de notre espèce, qui est de créer une vie sur Terre, une vie qui soit un reflet resplendissant de nos qualités les plus importantes.