EDITION: Août - Octobre 2010

PEU D’INVESTISSEMENT – BEAUCOUP DE BENEFICES

Helen Howard
Cinquante ans sont déjà passés depuis qu’apparurent les premiers touristes à Ibiza, et cependant, beaucoup d’affaires n’ont pas encore eu le succés espéré. Parmi le vaste éventail de destinations tentatrices où aller en vacances, le raffinement massif des goûts et la crise économique, les gens commencent à se demander : Comment continuer à attirer les touristes dans l’île ? Quel type de tourisme voulons-nous ? Et comment peuvent continuer à prospérer ceux qui ont investi dans la principale indistrie ibicenca ?











Mandy Hayes a observé et étudié plusieurs changements dans l’île. Elle a grandit au sein d’une famille qui a géré plusieurs bars et restaurants et son père a construit deux hôtels dans ce qui était encore le paisible village d’Es Canar. Faisant maintenant partie d’une nouvelle génération de propriétaires et gérents, elle a réussi à réformer un de ses principaux locaux au bord de la plage, le transformant en chill-out lounge et deux restaurants près de la piscine avec une touche très particulière. Le local est devenu un endroit de référence et Mandy espère ainsi rendre à Es Canar une partie de son ancienne beauté. L’essor des ventes, la satisfaction des clients, et aussi la sienne, démontrent que tous ses efforts ont valu la peine. Elle est consciente, qu’en général, les locaux qui ne marchent pas sont ceux qui n’offrent pas ce que les clients recherchent réellement, alors que les établissements qui innovent et offrent une meilleure qualité fonctionnent. Elle reconnait que les chances et les défis de chaque affaire sont différents, Mandy propose quelques idées de comment améliorer les résultats, “ en changeant de chip ” et sans dépenser beaucoup d’argent.









AMBIANCE_ Mandy pense qu’avec un éclairage subtil, une musique appropriée et des couleurs agréables, on peut complétement changer l’ambiance d’un local pour un coût modéré. Il suffit parfois de quelques pots de peinture, de nouvelles housses pour les coussins et quelques ampoules. Ce qui est certain est qu’il n’y a pas un style meilleur qu’un autre. Plusieurs restaurants qui fonctionnent le mieux à Ibiza sont simples et rustiques. Le fait de dépenser plus en redécorant un local ne garantit pas son succès, bien que ceux qui veulent investir ont toujours à leur portée un vaste choix de style, quand on veut bien le faire. Mandy suggère d’aller visiter d’autres locaux et de feuilleter quelques livres et revues de décoration pour se tenir au courant de ce qui est à la mode. Une autre façon d’améliorer l’ambiance d’un local et d’attirer des clients est d’organiser des expositions d’art périodiquement. Ibiza est pleine d’artistes qui seraient enchantés de pouvoir montrer leurs oeuvres à un plus ample public. Ces dernières années beaucoup de locaux au bord de la plage et au centre de la ville ont choisi un éclairage trop éblouissant et un mobilier en plastique, qui pour rien au monde ne peut être un attrait artistique et accueillant. Mandy signale la possibilité d’acquérir une vaste gamme de mobilier et d’équipement grâce à un “ LICO ”, un crédit bancaire à très faible intérêt. De plus les remboursements de crédit peuvent être déduits des impots.

CUISINE_ Si la cuisine est votre spécialité, il est important d’adopter les nouvelles tendances et de proposer une grande va-riété. Mandy pense que “ d’acheter un livre de cuisine est un des investissements bon marché et efficace que peut faire le propriétaire d’un restaurant ”. Innover dans la cuisine est une importante ressource et “ changer la carte ne coûte rien, mais demande seulement un peu d’imagination”. Beaucoup de touristes repartent de l’île déçus de ne pas avoir trouvé des restaurants au bord de la plage où pouvoir déguster une authentique cuisine ibicenca. Au contraire, ils trouvent des menus sans intérêt qui ne correspondent pas avec les envies des touristes. Par ailleurs, il y a de plus en plus de gens préoccupés à manger sain et sont reconnaissants que certains menus leur offrent quelques options dans ce sens comme, par exemple, des plats de légumes frais ou d’appétissantes salades au lieu des typiques frites qui accompagnent tout. “ Le mieux est d’offrir une grande variété de choix ”. Par exemple, la carte de Mandy propose : du thé arabe, des hamburgers faits maison, des plats au wok, des paellas, des infusions thaïlandaises, “ fish and chips ” et des “ smoothies “ de fruits frais..









PERSONNEL_ La réussite d’une affaire dépend d’un bon personnel. Cela signifie qu’il faut savoir bien le choisir, le former et bien le traiter. Mandy pense que “ dans un endroit comme Ibiza, savoir parler plusieurs langues est un “ plus ” ”. Selon ma propre expérience comme restauratrice au Royaume Uni, je n’engageai que des gens qui avaient un traitement aimable. J’ai aussi constaté que le rendement du personnel était plus efficace s’il n’y avait pas trop de rotation. En fait, il est bon d’être conscient de ce que réellement on peut attendre, et ne pas avoir ni trop ni trop d’espérance. Beaucoup de restaurants sont limités par leur propre budjet et cela influe, sans doute, sur la motivation du personnel. Si l’on soigne la formation et l’organisation, l’on peut avoir moins d’employés qui seront plus contents et plus efficaces en étant mieux payés. Si le personnel est satisfait et bien entrainé, il offrira certainement lui-même un meilleur service. Autres stimulants peuvent être les diners ou fêtes d’entreprise, ou organiser des réunions périodiques afin d’échanger de nouvelles idées ou de régler des problèmes. On peut aussi concevoir un système de répartition des gains ou de gratification du personnel.

ORGANISATION ET EFFICACITÉ_ Pour monter un restaurant et être sûr que son organisation soit efficace, il faut avoir un minimum de formation, cela vaut donc la peine d’investir pour apprendre ou engager quelqu’un qui s’en chargera. Si chaque domaine fonctionne avec efficacité on économise de l’argent et le service s’améliore.









ÉVÈNEMENTS_ Organiser des évènements peut être une bonne manière pour attirer une nouvelle clientèle. Comme dit Mandy, “ c’est ta propre imagination qui met les limites ”. Les bénéfices qui sortent des évènements qu’elle organise elle-même servent à aider un orphelinat au Cambodge.

AIDES_ A part les “ LICO ”, il existe d’autres aides pour les petites entreprises : comme la “ PIMEEF” est une organisation qui concède un crédit du gouvernement pour acheter, par exemple, un ordinateur, à payer en quatre ans et sans intérêts. Cette initiative sert à informatiser la comptabilité, contrôler les bénéfices et savoir quels produits se vendent le mieux. Mandy recommande aussi de s’informer régulièrement au près des mairies ou des cabinets-conseils pour être au courant des nouvelles subventions de l’état ou autres aides.

EN QUOI PEUVENT AIDER LES MAIRIES ?_ Sans aucun doute, beaucoup de mairies pourraient faire plus pour aider les commerces locaux. Par exemple, il serait raisonnable de suggérer de “ commencer les grands travaux en fin de saison et non au commencement ”. Mandy pense aussi que les normes qui régissent la musique en direct sont trop restrictives et est consciente de ce que cela coûte aux gens qui assistent aux spectacles ( s’ils en ont l’autorisation ), car, à part que les taxis n’abondent pas, ils ne veulent se risquer à conduire s’ils vont boire. Ce qui est beaucoup plus positif est le projet de piétonnalisation d’Es Canar, ce qui contribuera sans doute à ce que le village récupère une partie de son charme.

Cependant, nous ne devons pas oublier qu’avant l’arrivée du tourisme, et sans compter avec des produits importants à exporter, la majorité des ibicencos vivaient d’une économie de subsistance. Au fond, la situation n’a pas trop changée, pour cette raison Mandy croit que les mairies et aussi les commerces doivent travailler ensemble afin de protéger et développer un tourisme, en lui offrant avec plus de sensibilité ce qu’il cherche et lui présenter la beauté naturelle de l’île.

Texto: Helen Howard