EDITION: Juin - Août 2010

LE LIEN ENTRE LE CORPS ET L’ESPRIT

Jerry Brownstein









Avez-vous déjà entendu parler de l’effet placebo ? Pendant une expérience routinière pour essayer un nouveau médicament, plusieurs patients d’une même maladie sont séparés en deux groupes : aux premiers on leur donne le médicament et à ceux du deuxième groupe on dit qu’on leur donne aussi, mais en réalité c’est une pastille de sucre sans ingrédients actifs. Dans pratiquement toutes ces expériences, le second groupe constate une amélioration, et parfois autant ou plus que ceux qui prennent le médicament. Rappelons que ces patients sont ceux qui pensent prendre le vrai médicament mais qui, en réalité, ne prennent qu’une insignifiante pastille de sucre. Il est clair que ce n’est que leur conviction qui agit sur le corps pour guérir sans intervention externe. Bienvenus au lien entre le corps et l’esprit.






Il y a des centaines d’études scientifiques qui démontrent de façon concluante cet incroyable lien entre la pensée des gens et la réaction sur leur corps. Dans une de ces études, on a averti à tous les patients que le médicament qu’on allait leur donner pouvait avoir des effets secondaires nocifs et qu’aussi ils pouvaient perdre leurs cheveux. Comme on pensait, beaucoup de ceux qui prirent le médicament eurent ces effets secondaires, mais ce qui est le plus surprenant est que 30% de ceux qui avaient pris le "faux" médicament perdirent leurs cheveux. Comment est-ce possible ? On ne perd pas ses cheveux en prenant une pastille de sucre... même si l’on croit qu’il s’agit d’un médicament toxique.












Comment est-ce possible que l’esprit soit capable d’engen-drer seul des réactions physiques et chimiques incroyables sur le corps ? Quel est le processus qui permet de transmettre les sentiments et les émotions du cerveau aux cellules ? Voici une explication simplifiée de ce qui arrive : notre cerveau emploie un service de transmission très efficace qui alerte immédiatement les cellules du corps chaque fois que nous avons une pensée ou une émotion. Ainsi, par exemple, quand nous ressentons de la joie, notre corps envoie automatiquement des molécules spéciales (appelées peptides) dans tout le corps, répartissant la bonne nouvelle qui nous rend heureux. Quand chacune de ces molécules arrive à une cellule, elle se lie à elle grâce à un point recepteur spécial, comme une clé dans une serrure. Quand la "clé" fonctionne, le transmetteur peut entrer en communication avec l’ADN du noyau de la cellule. Dans cet exemple, il "dit" â l’ADN que l’on ressent de la joie et il donne des instructions pour qu’il secrète les substances chimiques spécifiques associées à cette sensation si agréable. Ceci se passe avec des trillions de cellules à la fois, et nous ressentons des changements dans notre corps qui expriment cette joie.

Toutes nos pensées et nos émotions déclenchent le même processus. Le cerveau est le premier à les recevoir, puis il les transmet aux cellules, jusqu’à ce que leur ADN reçoivent les instructions pour changer la chimie de notre corps.


Les idées et les croyances positives envoient des messages qui contribuent à améliorer la santé et la guérison, alors que les pensées négatives engendre le contraire. Peut-être, si nous pouvions dominer nos pensées et nos émotions, nous pourrions transmettre les signaux adéquats à notre ADN et nous arriverions à soigner beaucoup de maladies physiques sans avoir recours aux médicaments ou d’être opérer. Cette relation entre le corps et l’esprit pourrait être la base d’une nouvelle et révolution-naire manière de favoriser la santé et la guérison, bien que la médecine conventionnelle ait du mal à l’admettre. Les traitements sans moyens physiques ne sont pas admis dans sa philosophie régnante. Cela fait penser à la célèbre phrase de Schopenhauer :



"Tout vérité traverse trois étapes. Premièrement, elle est ridiculisée, deuxièment elle est attaquée avec véhémence, puis troisièmement elle est acceptée comme quelque chose d’évident."


Au sujet de la relation entre le corps et l’esprit, il semble que l’on a laissé de côté la première étape et que nous sommes actuellement fermement ancrés dans la seconde. Cependant, et malgré la résistance de certains du monde scientifique, on continue à chercher sur comment nous pouvons apprendre à utiliser nos intentions, nos croyances et nos perceptions pour engendrer santé et bien-être.

Un jour, tout ce travail nous aménera à la troisième étape décrite par Schopenhauer, quand tout le monde reconnaitra que le corps humain n’est pas seulement une complexe machine, mais aussi et surtout un centre énergétique qui répond entièrement, aussi bien à la stimulation physique qu’au pouvoir de la conscience.












 

Text: Jerry Brownstein