EDITION: Avril - Juin 2010

LE NOUVEL ÉLÉMENT MUSICAL D’IBIZA

Cat Weisweiller

Ibiza est bien connue pour avoir reçu tous les styles d’artistes, qu’ils soient musiciens, peintres ou acteurs. Pendant des décades, ils ont cohabités sans problèmes avec les ibicencos, grâce à leur chaleureuse hospitalité. Certains disent que l’île blanche a hérité de son inconditionnel caractère tolérant grâce à son accès complet par la mer, qui pendant des siècles lui a permis le passage de nombreuses cultures différentes. D’autres préfèrent croire au pouvoir de l’appel de la déesse de l’île, Tanit, ou du dieu de la musique et de la danse, Bes. Quelque soit l’explication, Ibiza a pris un nouveau musicien sous ses ailes protectrices, Adam Lenox. Avec son charmant accent de New York et son sourire coquin, un chapeau classique “Pork Pie” et la basse toujours à portée de la main, il semble être un bon parti.

Adam est né en 1968 à New York. A cette époque, là où il est né, Greenwich Village, jouait un rôle fondamental de nouvel expression du Jazz et du Rock & Roll. Pour être le fils du célèbre compositeur, chanteur et auteur de chansons, Bob Lenox, il n’est pas étonnant que beaucoup des grands du Jazz lui ont servi de “baby-sitter”. Il a grandi au milieu de personnages comme Stevie Wonder, Keith Jarrett et Kris Kristofferson, et il a passé son adolescence dans un hôtel de 5 étoiles, à Delaware Water Gap, en Pennsylvanie, endroit très connu pour y écouter du Jazz. Adam jouait la basse dans le trio de son père, sinon il travaillait avec les grands de la musique comme: Dave Liebman (Miles Davis), Gerardo Velez (Jimi Hendrix), Lenny Kaye (Patti Smith), César Diaz (Bob Dylan) et Steve Missal (Billy Idol). Le fait de jouer le soir avec son père face à un public de 30.000 personnes au Festival BCVC de Folk a fait d’Adam un habitué des salles nocturnes de Manhattan. Mais c’est une personne modeste: “Grandir à New York à cette époque était comme une expérience "d’apprentissage par osmose”. N’importe qui, dans la même situation, se serait laissé prendre par le monde de la musique.”






 

A partir de 20 ans il voulut élargir ses horizons et partit en Europe. Il allait et venait, jouant dans des programmes de radio et de télévision ou faisant des tournées avec des productions musicales. Vers 30 ans il décida de s’installer à Berlin. “Je sentais que je pouvais y gagner ma vie en faisant ce que j’aime, et je me sentais mieux en Europe qu’à New York.” Dans son nouveau foyer il se mit à écrire de la musique, à produire des disques à




Ingrid Arthur de “Weather Girls” et Adam




composer des bandes sonores pour des films et à jouer de la basse dans des tournées avec “Guitar Crusher and the Midnight Rockers”, “Queen Yana” et “Pete Bender”. Alors que son père qui écrivait des chansons pour Warner Records, avec Robert Palmer et Alan O’Day, il a sorti plus de 20 disques sur le marché avec plusieurs grandes maisons de disques. Adam a collaboré à plusieurs d’entre eux, soit en composant ou en jouant.

En 2000, l’Expo Universelle de Hannover lui inspira la création de la maison de production “Studio Artists”, dédiée à créer musique et multimédia pour des évènements précis de diversion. Comme directeur de la compagnie, Adam fit la production de six pavillons internationaux de l’Expo et il continua à travailler trois années de plus, en composant, enregistrant et faisant des choréographies d’installations audiovisuelles pour des grands événements corporatifs et des fêtes locales (culture/histoire), dans toute l'Allemagne.






En 2003, “l’enfant du rock” commença à se poser des questions. “J’étais fatigué des salles de mixage, des réunions, de la musique par ordinateur et des studios d’enregistrement peu éclairés. J’avais envie de jouer en direct. C’est alors que j’ai créé l’orchestre pour événements “Brooklyn Bridge”. Nous nous sommes spécialisés en Motown, Soul et Pop, nous n’engageons que les meilleures voix afro-américaines.

 






Adam et son pere Bob Lenox




J’aime cette sensation d’être de nouveau sur les routes, mais je n’avais jamais imaginé que cela prendrait une si grande dimension.” La popularité de “Brooklyn Bridge” a fait qu’elle soit la plus demandée en Europe comme authentique musique américaine. “Les gens commencèrent à m’appeler pour toujours la même chose, ils en voulaient toujours plus. L’atmosphère fiévreuse que cette musique engendrait me rappelait mon enfance à Greenwich Village.” Adam devint rapidement une référence pour tout ce qui était en relation avec la musique, et, en 2006 à Berlin, naissait son agence musical pour événements, la “Brooklyn Bridge Consulting”.









En 2008, son amour latent pour Ibiza frappe à la porte d’Adam. Après des années d’expérience à sélectionner des artistes pour les intégrer dans divers événements, il pensa: “Nous cherchons tous une raison pour rester dans cette précieuse île et je suis heureux d’avoir trouvé un bon motif pour le faire; petit à petit, je me suis rendu compte, qu’après avoir contribué de façon importante au monde de la musique, qu’Ibiza ne disposait pas d’un dossier d’artistes réunis sous le même toit.” Pour y remédier Adam a créé pour l’île sa propre agence musicale: ibizamusicagency.com (IMA). Ses raisons sont simples: “Je suis convaincu que la musique en direct va renaître à Ibiza, et les organisateurs de fêtes sont déjà très occupés pour avoir le temps de chercher eux-mêmes des artistes solistes. Avec IMA, la seule chose que nous avons fait c’est de regrouper les meilleurs d’Europe et d’Ibiza, parce que de les avoir tous ensemble, il est plus facile de les sélectionner, ici et ailleurs aussi.””









Alors que la saison 2010 va bientôt commencer et que les 120.000 habitants de l’île s’apprêtent à recevoir plus de 4 millions de visiteurs, Adam est prêt à démarrer: “Je suis ému à l’idée de mettre en marche l’agence, qu’IMA joue un rôle important dans les fêtes et les convertisse en évènements impeccables, spontanés et inoubliables.”

Il n’y a pas de doute que ce petit paradis “tropical” de si facile accès restera dans l’avenir l’endroit de choix de beaucoup de mariages, de fêtes privées et d’évènements corporatifs. Comme lá fait Pete Tong pour promouvoir la musique House dans l’île, Adam Lenox apporte une nouvelle énergie nourrie par sa passion pour la musique en direct. Et si la musique est une des images de marque les plus connues d’Ibiza, cette initiative ne peut être que positive. •



Texte: Cat Weisweiller