EDITION: Février - Avril 2010

L'AGE, CE N'EST QU'UN CHIFFRE

Milan Hollister


Il y a quelques mois j’ai vu le film “Mamma Mia”, avec Meryl Streep comme actrice principale, et, réellement, je suis restée impressionnée par son physique extraordinaire. Son interprétation me parut impécable et, de plus, elle ne semblait pas avoir plus de trente ans environ. Bien entendu, Meryl Streep n’est pas la seule à différer le processus du vieillissement. Grâce aux progrès des cosmétiques, tout le monde peut être fanstatique (ou fanstatiquement horripilant). Se faire faire un Lifting est aussi facile que de demander une carte de crédit (et souvent, avec des taux d’intérets et des facilités de paiement plus intéressants). Cependant, comme femme qui défend le concept personnel de “Malgré le pire qui puisse m’arriver dans la vie, il y a TOUJOURS le temps pour un traitement facial,” j’ai découvert quelque chose au sujet de comment les personnes envisagent le vieillissement et la santé
.
Il est vrai qu’il y a des femmes qui utilisent la cosmétique pour réduire, camoufler, étirer ou augmenter quelque chose. Je crois avoir lu dans une page d’internet que l’année dernière l’industrie en relation avec la chirurgie esthétique avait rapporté 12 milliards de dollars. C’est évident qu’il y a beaucoup de gens qui optent pour un chirurgien pour résoudre ce problème. Mais il y a aussi ceux qui, comme nous, envisagent le vieillissement d’une autre manière et profitent de soins de beauté moins radicaux (et selon moi, tout aussi efficaces), en buvant de l’eau, mangeant bien, controlant le stress, pensant positivement, méditant et jouir de la vie.

Il faut reconnaitre que le vieillissement a aussi sa part génétique. La question est que maintenant les gens ne se laissent pas aller en cas de manque de santé, d’âge avancé ou de prédisposition génétique. Depuis une dizaine d’années je vois comment les gens prennent en main leur propre santé et bien-être. Beaucoup d’entre nous ne croient pas mordicus à tout ce que nous dit le médecin. Nous cherchons une "seconde opinion" dans ce domaine ou consultons un professionel de la médecine alternative. Les gens trouvent différentes manières d’affronter les problèmes de santé. Beaucoup sont conscients au niveau de l’alimentation, utilisant des produits pour garder une peau saine et améliorer leur style de vie.













Toutes les opcions et les traitements à notre portée pour nous maintenir dans la fleur de l’âge constituent à forger cette nouvelle attitude face au vieillissement. Mais je crois que la clé du problème est dans la question que l’on m’a posée il y a peu de temps: “Quel âge aurait-on si l’on ne savait pas l’âge que l’on a?” Cette phrase met en relief l’idée que nos pensées sur le fait de vieillir sont les facteurs déterminants qui influencent le plus le processus physiologique de l’organisme. Grâce à la science et à la physique quantique, on découvre de plus en plus que les pen-sées, les patrons des ondes cérébrales et les connexions neurosynap-tiques sont des facteurs qui contribuent de façon significative à notre bien-être et à notre état de santé en général.

Il n’y a pas longtemps, certaines femmes pensaient qu’une fois atteint la cinquantaine, il ne restait plus qu’à pleurer le passé et de faire le compte d’une longue liste d’affaires en attente et de se résigner à son “destin”. Cette mentalité est nettement en voie d’extinction, vu que les femmes actuelles sont plus actives et énergiques, et plus attentives à leur santé. En général, nous sommes en train d’adopter une philosophie plus proche des croyances orientales quant au concept de “vieux”. L’âge devient synonyme de sagesse et beauté. La conséquence en est que beaucoup de femmes de la quarantaine et cinquantaine sortent comme de fortes adversaires dans le domaine de l’amour, du travail et aussi des hémicycles. Au lieu de se convertir en vieilles pies, certaines deviennent de joyeuses tigresses. Le vieux et négatif stigmate de la femme qui sort avec des hommes plus jeunes est en voie de disparition, et aussi, il n’est plus bien vu que les hommes soient les seuls “à s’amuser”.







Toutes les femmes superbes d’entre 40 et 50 ans (ou plus) ont en commun une certaine actitude face au vieillissement. Il semble que beaucoup de femmes se rendent compte que de donner trop d’importance au fait de vieillir devient quelque chose d’inutile, mais de plus nuisible. L’âge n’est qu’un chiffre. Il n’a pas à nous déterminer, ni être notre carte de visite, ni une sentence de condamnation, ni un compte à rebours de nos dernières heures. Nous sommes tous aussi jeunes que nous le voulons. Suivant mon observation, ce que nous possédons intérieurement se voit à l’extérieur. Paix intérieure, bonheur, confiance en soi-même et au destin, c’est ce que l’on voit sur les visages des femmes réellement belles. C’est à ce moment là que les gens commencent à nous regarder et à ne plus voir les rides, mais plutôt un inexplicable éclat qui ne s’obtient ni par la chirurgie, ni par les crèmes faciales avec des particules d’or de 24 carats et d’extrait de placenta. Cela fait des années que Mark Twain a résolu la question en disant: “Au sujet de l’âge, l’esprit est audessus de la matière. Si vous ne lui donnez pas d’importance, c’est qu’il n’en a pas.”





Text: Milan Hollister