EDITION: Juin - Août '09

SEL D’IBIZA

Helen Howard


Quand on veut décrire une personne spéciale, quelqu’un qui veut faire un monde meilleur tout en gardant les pieds les pieds sur terre, on peut dire qu’il est "le sel de la terre". Beaucoup connaissent aussi la coutume juive d’apporter en cadeau du pain et du sel à ceux qui viennent de déménager – signifiant que ces biens sont essentiels à la vie et qu’ils ne doivent pas nous manquer.

Durant des siècles, le sel a occupé une fonction très utile, conservant les aliments pour les temps de pénurie, et aidant à de nombreux pays du monde à survivre. Il n’est donc pas surprenant que pendant des milliers d’années le sel a occupé une place d’honneur dans l’âme humaine, ce qui se retrouve dans dans les légendes folkloriques de nombreuses cultures différentes.

D’où vient que le sel a perdu sa grande réputation, et que pour beaucoup il est devenu quelque chose à éviter au lieu de le célébrer? Sa chute en disgrâce est, principalement, la conséquence de deux faits: le sel n’est plus aussi nécessaire pour la conservation des aliments, la réfrigération, les boîtes de conserve et les additifs artificiels sont très répandus - mais surtout, le sel que l’on utilise journellement n’a plus grand chose à voir avec celui qu’utilisaient nos ancêtres. Le "sel de table" conventionnel n’a plus aucune des qualités bénéfiques du sel d’origine – il a été soumis à un intense processus chimique qui l’a complétement altéré et ne lui a laissé qu’un seul élément chimique inorganique – le chlorure de sodium. Souvent, il est aussi contaminé et peut contenir du iode industriel, du fluor et de l’aluminium. Ce type de sel a tendance à saturer les cellules corporelles, expulsant les minéraux bénéfiques et favorisant la rétention d’eau. L’intention de la Nature n’a jamais été de nous faire consommer du sel de ce genre, car il peut bouleverser l’équilibre des minéraux dans notre corps.












La photo qui illustre cet article montre la différence entre les cristaux de sel marin et de sel de table – la structure ouverte du sel naturel permet la bonne absortion et la bonne assimilation avec les autres minéraux.

A part le sel de table et le sel marin, beaucoup connaissent aussi le "sel de roche" – qui peut avoir un haut taux de minéraux, mais qui, malheureusement peut contenir des contaminents dus au processus de mine industrielle, sans parler de la dégradation du paysage produite par un tel procédé.

A cause de tout cela, nous devons nous réjouir de la source de sel marin très pure que nous avons ici-même, dans l’île. Le sel d’Ibiza, récolté dans la Réserve Naturelle des Salines, contient plus de 80 oligoéléments et minéraux – et sa composition est identique à l’équilibre des sels dans nos fluides corporels.

Cherchant plus d’informations à ce sujet, j’ai pris rendez-vous avec Daniel Witte, créateur de l’entreprise "Sal de Ibiza". Pour lui, le sel est l’un des plus grands trésors de cette île magique, un trésor qui lie le passé au présent. Il signale que l’extraction du sel d’Ibiza existe depuis presque 2.800 ans.

S’il existe un expert en matière de sel, c’est bien Daniel Witte. Il s’est plongé dans l’histoire, la mythologie et les sciences, et considère le sel comme un don de la nature. En plus de récolter et de vendre des tonnes de sel marin traditionnel d’Ibiza à travers tout le monde, son entreprise est responsable de récolter un type de sel très spécial: "la fleur de sel". Avant de fonder son entreprise, il y a quatre ans, cela ne se faisait pas à Ibiza. Alors que la majorité du sel de l’île se ramasse avec des machines, le type Fleur de sel doit se récolter à la main, et il y en a peu. Il est particulièrement riche en minéraux et son goût est beaucoup plus doux que les autres. Il est d’un blanc scintillant, avec une légère touche rosée, extraordinairement subtil et aromatique... C’est peut-être un des précieux joyaux de notre "Île Blanche"!


N’oubliez pas que, malgré les bienfaits du sel marin par rapport au "sel de table", ceux qui souffrent d’hypertension artérielle ou autres affections sensibles au sodium, doivent consulter un médecin avant un changement de diète.



Texto: Helen Howard