EDITION: Juin - Août '09

MAISONS DE RÊVE

Helen Howard












Diederik van Maren réside à Ibiza depuis presque trois ans. Il est venu y vivre avec sa femme, qui a une entreprise d’organisation d’événements, et leurs deux enfants. Il est d’Ams-terdam, où pendant les quinze dernières années, il a gagné sa vie en achetant et construisant des maisons. Cependant, bien qu’il aimait son travail et en fit une affaire prospère, il ne sentait pas pleinement satisfait. Il ne s’agissait pas de changer de travail, mais plutôt de changer d’endroit et de façon de travailler. A l’effet de la vie pratique, le climat d’Amsterdam ne l’aidait pas trop et malgré qu’il aimait les édifices qu’il créait, il n’avait pas envie de passer dix mois de l’année enfermé dans l’un d’eux. De plus, la majorité de ses clients voulaient une architecture fonctionnelle avant tout, ce qui rendait Diederik limité dans sa créativité. Il le reconnait lui-même, comme tout le monde, il doit travailler pour gagner sa vie mais la création est “avant tout mon hobby et ma passion”.

Diederik a découvert l’île il y a 25 ans quand il est venu en vacances, et il en tomba amoureux immédiatement. Ces dernières années il y ait venu le plus souvent possible dans son appartement, chaque fois de plus en plus enthousiasmé par la possibilité de pouvoir y vivre définitivement et de commencer une nouvelle vie. Il a vécu dans plusieurs endroits du monde, à Londres, aux Caraïbes, en Israel et au Liban, mais il ne s’est jamais senti aussi bien qu’ici. Il a la chance d’avoir une femme qui partage sa passion pour l’île, ainsi que dès qu’ils le purent ils décidèrent de s’installer à Ibiza.

Diederik profite toujours de la qualité de la lumière, du sentiment de liberté, du climat et de l’ambiance cosmopolite de l’île. Il est aussi ravi d’être entouré de plages, bien qu’il ne les fréquente pas beaucoup, le simple fait de savoir qu’elles soient là est très important. Comme il dit “ce qui est curieux ici, c’est que les choses mettent plus de temps à se faire et que je travaille plus d’heures -qu’avant, cela n’a pas d’importance, parce que je fais ce travaille comme si j’étais en vacances, le faisant avec plaisir.”

En quoi à changé le travail de Diederik à Ibiza? Il semble qu’il a finalement trouvé l’endroit où les gens veulent acheter le style de maison individuelle qu’il aime créer. Cela lui permet de se réaliser complétement dans l’évolution créative de chaque projet, travaillant en équipe avec un architecte pour mettre en commun les différentes perspectives et applications pratiques de leurs idées. Comme en Hollande, il a sa propre entreprise de construction pour réaliser ses projets au pied de la lettre.

Finalement, nous nous demandons: quelles différences y a t’il entre les créations de Diederik et les autres?





Comme beaucoup d’architectes à Ibiza, lui aussi préfère un style minimaliste, mais déteste la sensation d’une “maison sans âme”, ce qui arrive souvent avec ce type de construction. Quand viennent des invités, Diederik veut qu’ils se sentent comme chez eux, et fait l’impossible pour créer une ambiance chaleureuse mais qui ne choque pas avec les lignes pures d’une architecture simple. Il aime aussi jouer avec les effets visuels et la sensation de grandeur. Même dans un espace réduit, il organise la structure de manière que, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, les champs de vision soient larges parce qu’il n’y a pas d’obstacles. Par ailleurs, il tient à utiliser des matériaux de grande qualité pour ajouter substance et texture à ses projets.

Il semble que Diederik a enfin trouvé le style de vie idyllique dont beaucoup rêvent, mais si quelqu’un l’envie, il faut préciser que cela ne lui a pas été présenté sur un plateau. Diederik a passé son enfance “dans la rue”, et pour cela, il est étonnant de voir ce que quelqu’un finit par obtenir grâce à une bonne dose d’inspiration, de talent et de dur travail, et surtout “en faisant ce que l’on aime!”, comme le dit l’ancien mantra.


Texto: Helen Howard