EDITION: Décembre '08 - Février '09

YANNY LEVKOFF SCULPTEUR

Helen Howard
Sculpteur
______

Beaucoup de gens reconnaitront le visage de Yanny Levkoff. Il est dans l’île depuis plus de 35 ans, il apparaissait dans le célèbre film sur Ibiza “Hippies Forever”, dont il fut invité à la réalisation en Amérique. Il y participa à plus de 50 heures de tournage, qui parurent dans un autre film sur sa vie et son travail, simplement intitulé “Yanny Levkoff”. Ce film vient de gagner le prix du meilleur court-métrage au Festival Morelio de México.












Après avoir été professeur à New York, il s’embarqua pour une grande expédition, il y a plus de 40 ans et ne revint jamais – tout du moins à la vie “normale”.
 
Ceux qui ne le connaissent pas par les films peuvent l’avoir vu sur le bord de la route faisant de l’autostop pour parcourir toute l’île. Ceux qui le prennent et le laissent à l’entrée d’un chemin, ignorent qu’il doit encore faire 3 km à pied, avec ses courses sur le dos, pour arriver chez lui.

Sa maison est une ravissante finca, cachée entre les collines, face à la mer, refuge d’artistes pendant de nombreuses années, avant même qu’il y habite. Pendant 16 des 17 ans qu’il y est installé il a vêcu sans électricité, dans le style classique et autentique d’Ibiza.






En descendant le chemin sineux, je m’imaginais son style de vie idéaliste – végétarien, sans voiture, vivant dans la nature, cultivant son potager... Après que ce septuagénaire au large sourire me reçut, je découvris que la réalité était un peu différente. Yanny vit, en effet, d’une façon simple, selon une grande idéologie, mais aussi parce qu’il n’a pas eu d’autre choix pendant de nombreuses années. Il survit grâce à son travail d’artiste, et, comme l’on sait, cela peut être très aléatoire. Un véritable artiste crée par nécessité – il peut passer des semaines, des mois et même des années sur une oeuvre qui finalement peut être vendue ou non à quelqu’un qui sache apprécier le temps et le talent investis.








L’année dernière, grâce à une grande commande, il a pu acheter des plaques solaires et un générateur, ce qui lui a complétement changé la vie, lui prolongeant les journées de quelques heures. Il a son propre potager, mais se trouve limité par le manque d’eau – il doit sortir chaque goutte d’eau d’un puits. De toute façon, l’entrée de sa maison est pleine de toute sorte de plantes comestibles imaginables, et il m’invite à goûter de savoureuses






pousses de tournesol. Il cultive aussi des salades et des épinards et mange toutes les plantes sauvages qu’il peut. Pendant que je dévore la salade de tournesol il me donne une recette de feuilles de bourracche frites. Tout cela est très agréable, mais il y a un autre sujet à traiter, qui est le motif de ma visite... Le bruit court que Yanny a terminé sa dernière création...






 



Quand je suis arrivé à la finca, c’est la première chose que j’ai vue... une incroyable sculpture multidimen-sionnelle, sculptée dans un seul tronc d’olivier. La pièce m’a coupé le souffle, découvrant de très belles formes en faisant le tour et l’observant sous tous les angles. Yanny croit être un des rares sculpteurs d’Europe à travailler sur une seule pièce de bois aussi grande - à tel point quand la voyant il ne pensait pas pouvoir la travailler. Mais, finalement, il se senti attiré de nouveau par l’endroit où il l’avait vu pour la première fois, il y a 15 ans, alors qu’il se promenait avec son fils de 6 ans. Il a travaillé sur cette pièce tous les jours pendant 18 mois, et maintenant qu’elle est finie, il réfléchit aux endroits adéquats pour l’exposer.

Texte: Helen Howard
Photos: Danny Barak






Pour plus d’information, visites privées et expositions, contactez Yanny.

Tel. 649 97 86 15