EDITION: Juin - Août '08

NUR BANU ET YARON MARKO






C’est l’histoire d’une danseuse étoile et d’un musicien à Ibiza...
Dans les années 70, une voyageuse d’origine italo-égyptienne arrive avec sa fille de 2 ans. Elle devient amoureuse de ”l’île magique” dont elle a tant entendu parler dans ses voyages. Nur Banu s’enthousiasme pour le mouvement hippie, l’espérance et l’authenticité local. Elle a sa danse orientale a offrir, et c’est lors d’une excursion en bateau à Valence qu’elle connait ce ”beau, surprenant jongleur et musicien”: Yaron. Ils tombent amoureux. Cela fait maintenant 28 ans qu’ils forment un couple, s’aidant mutuellement dans la vie. Leurs deux enfants (17 et 27 ans) sont un très bon lien entre eux. Mais leurs origines arabes, la musique de Yaron et la danse de Nur, ont aidées à ce que ces deux personnes se fondent l’une à l’autre.

”Yaron n’est pas seulement mon mari, au niveau professionnel c’est la personne qui m’aide et me motive.” Dans beaucoup de spectacles de danse, il joue la percussion ou le ”oud” (instrument à corde traditionnel arabe). Le fils ainé remplace parfois son père à la percussion. Actuellement la danseuse Nur travaille surtout comme professeur de danse orientale, mais on peut aussi la voir danser dans des théatres et des spectacles. C’est important pour elle de souligner la valeur culturelle de la danse orientale, et que ce n’est pas seulement une diversion. Par exemple, à Ibiza on peut la voir sur scène au festival de Las Dalias.
Yaron se consacre à fabriquer des instruments dans son studio, il tra-vaille comme ”docteur de percussions”, et aussi, enseigne sa musique dans les collèges.











Grâce à sa facilité pour communiquer la mu-sique, les jeunes et les enfants s’imprègnent de son enthousiasme, et à la fin d’une séance ils finissent par jouer tous les instruments. Yaron, ”l’homme aux 1.000 sons” a une collection de 350 instruments, et enregistre des sessions de musique avec d’autres artistes.











Le chemin de la danse
Actuellement, la danse orientale en Egypte se compose de différents éléments du folklore local, mélangés à l’influence du ballet classique. On sait qu’à l’origine, ce style de danse était un rituel pour la fertilité, étant une des formes de danse les plus anciennes du monde. Nur Banu a son histoire personnelle de comment elle a découvert la danse orientale...















Nur fut élevée en Italie et commença comme mannequin à l’âge de 16 ans, et ainsi commença à voyager dans différents pays du monde. Cela l’amena à essayer différents styles de danse. A la moitié des années 70 elle savait que la danse était sa vocation. Quand Yaron et Nur devinrent amoureux, commença une relation d’inspiration mutuelle. Son amour pour la danse augmenta avec le contact de la musique de Yaron, se sentant de plus en plus complète.

Dans les années 80, Nur Banu alla, pour la première fois, dans son pays d’origine maternelle: l’Egypte. ”Ce fut magique, je me suis sentie immédiatement à la maison, comme si j’avais toujours vécu en Egypte.” Nur commença alors à s’entrainer professionnelement comme danseuse. Elle eut la chance de pouvoir prendre des cours avec un professeur du Corps de Ballet National d’Egypte. Nur apprit rapidement, elle avait déjà le ”feeling” nécessaire pour le rythme et l’âme de la danse, au bout de 2 ans elle donnait déjà des cours. Les premières propositions de travail arrivèrent d’Allemagne, et commença sa carrière comme super étoile. A partir de ce moment Nur dansa pour le monde entier; pour des politiques, des princes, des personnes du monde du spectacle, etc. Elle est connue comme quelqu’un qui a introduit la danse orientale dans les théatres occidentaux, non seulement comme spectacle, mais aussi comme un événement culturel.

Ces 5 dernières années Nur a principalement travaillé en Espagne. Elle a ressucité la forme de danse arabe-espagnole pratiquée au temps de l’empire Andaluz. Nur est fière de son travail de professeur, où elle peut voir comment se transforment les femmes. Beaucoup commencent les cours en ayant des sentiments confus sur leur corps. Grâce à des mouvements doux, en prétant attention à son propre corps et accentuant la force féminine, se développe une nouvelle forme de conscience physique. ”C’est merveilleux de voir comment ces femmes s’épanouissent comme une fleur grâce à la danse orientale”, dit Nur Banu.









Pour Nur et Yaron, Ibiza a toujours été un endroit d’inspiration. Le couple vit actuellement avec leur plus jeune fils , dans une maison située dans les collines entre San Antonio et San Rafael. Cette saison, à Ibiza, Nur sera dans des fêtes privées et aussi, organisant des festivals comme ”La danse du ventre et Bollywood” (20 juillet, 10 août à Las Dalias, San Carlos). Elle présentera un nouveau spectacle avec son corps de ballet, qui comprend un répertoire arabe (danse des voiles, candélabres et plus) et le show de Bollywood qui avec son influence hindou a beaucoup de succès.

Après 25 ans de scène, la ”dame de lumière” – ce que signifie son nom – partage toujours son amour pour la danse. Elle ne peut pas imaginer d’arrêter de danser.

Pour plus d’information sur les cours de danse et
les spectacles de Nur Banu:
http://www.nurbanu.com
Tel. 971 187 497 – Móvil 608 636 911