EDITION: Août - Octobre '07

LA TERRE SACRÉE D'IBIZA


Avez-vous déjà vu un serpent, une vipère, un insecte vénéneux ou une araignée mortelle en Ibiza? On dit quici que les plantes vénéneuses ne poussent pas et que les animaux mortels ne se reproduisent pas. Aussi bien les historiens romains comme les géographes grecs, ou les célèbres érudits arabes des XIIeme et XIIIeme siècles trouvèrent que la terre d’Ibiza avait des qualités qui repoussaient toutes formes de vie toxiques. De plus, on dit que les scorpions que l’on avait apportés sur l’île moururent au bout de quelques mois de causes inconnues.







Il est difficile de trouver une explication scientifique, ni les universités catalanes ni le Govern Baléar ne peuvent confirmer ni démontrer ce fait. Les seules preuves exsistantes se trouvent dans des textes arabes et dans les traditions orales. Un cosmographe persan du Moyen-âge écrivit qu’un serpent vénimeux, apporté sur l’île, mourrut quand il respira l’air d’Ibiza.

La mythologie donne aussi quelques réponses:















DIOS BES


Bes, le robuste et puissant dieu dont les origines remontent à l’Egypte ancienne, détruisit, soi-disant, toutes les vipères et crocodiles quand il s’installa dans l’île. Souvent, les statues de Bes le représentent avec un serpent à la main, symbolisant son rôle protecteur. La légende dit que les rois de l’Antiquité buvaient dans de la céramique ibicenca, vu que largile employée repoussait le poison, chose utile à cette époque où il était courant de se débarrasser d’un ennemi avec un verre de vin. Les rois comme les guerriers emportaient de la terre ibicenca dans leurs voyages et la répartissaient autour de leur campement pour faire fuir les scorpions et les serpents vénimeux.




Un géographe persan louait aussi l’île de Formentera, pour sa "terre saine, sans animaux vénimeux, putréfaction ni pourriture. Au lieu de champignons vénéneux ou d’herbes qui provoquent des maux destomac, ce qui pousse en abondance dans les Pitiusas est une végétation aromatique composée de pin, romarin, fenouil, menthe, sauge, figue, grenade et orange. Il n’y a pas non plus de tremblements de terre ni de grandes sécheresses, ni de volcans, ni de grosses chutes de neige.





NOSTRADAMUS


Un autre mythe proclame qu’ “Ibiza sera le refuge final de la Terre“. Ce fut une des visions de Nostradamus, disant que les vents paticuliers qui prédominent sur Ibiza repousseront les gaz nucléaires et autres toxiques, sauvant ainsi l’île de l’extinction. Quoi qu’il en soit, beaucoup d’entre nous pensent qu’Ibiza est un refuge sûr et quelle ressemble possiblement au paradis.
 

Merci à José Barral,
Chercheur oriental (josebarral.blogspot.com)
pour son aide pour les textes arabes